Abujaserie – Chronique 1 – Arrivée au bercail nigérian

Me voilà enfin arrivée à Abuja depuis quelques jours, encore sur le décalage, mais bien heureuse d’être ici au Nigeria.

Comme j’ai envie de vous partager mes péripéties nigérianes plus régulièrement que je pouvais le faire avec mes chinoiseries, essayons donc la bonne vieille méthode du récit de voyage hebdomadaire publié sur le blog Adaobi Savannah. Ça vous dit? Et entre ces chroniques à l’africaine, je publierai quelques clichés tirés de mon quotidien, surtout sur Instagram (@queenadaobi) et Facebook (@AdaobiSavannah).

Un P.S. non commandité par le Petit Larousse Québécois: Ici, j’ai envie de vous parler en français. Au quotidien, je suis amoureuse en anglais. Je travaille en anglais. Ma vie sociale, je la vis principalement en anglais. Mais pour mon plaisir je lis quasi uniquement en français et je tiens à écrire ces chroniques en français également. Alors pour mes copains anglos, vive google translation! Sorry guys, you will miss my French Canadian sense of humour! Sorry-oooo as we say in Naija! But most of my posts on Instagram and Facebook are in English anyways, so you won’t be left out of my #Abujaserie, I promise!

Donc c’est parti! Voici mes premières impressions sur mon nouveau quotidien à Abuja.

Dès que j’ai mis le pied en sol nigérian, le petit côté africain en moi a ressurgi. (Je pensais pas que j’allais sortir celle-là aussi tôt, mais on dit souvent que quand on visite l’Afrique, on ne la quitte jamais vraiment!) Quel plaisir et vent de fraîcheur de redécouvrir à nouveau, et cette fois-ci pour plus longtemps, les saveurs, les odeurs et les couleurs nigérianes!

Atterrie, je peux enfin poser mes lourdes valises à la maison (qui sont toutes arrivées saines et sauves à bon port – ou presque, puisqu’il me manque étrangement un soulier noir!) Quel bonheur après avoir vécu dans mes valises depuis la mi-juin! Les dernières semaines de transition entre Beijing et Abuja, en passant par le Canada, ont été disons busy busy, incluant l’extraction de ma sagesse! (J’ai pas encore pris le temps de faire le bilan chinois, mais ça viendra, une fois la poussière des dernières chinoiseries retombée!)

Awwww comme ces magnifiques levers du soleil africains me manquaient. 20 août, Le Caire.

Pas trop dépaysée dès mon atterrissage à Abuja, puisque le nouvel aéroport international construit par des chinois ressemble étrangement à une station de train à Tianjin! (Pourquoi repenser l’architecture quand des plans existent déjà qq part, hein? #chinoiserie)

Sur la route de l’aéroport en direction de ma nouvelle maison, je suis surprise par autant de verdure, et de tranquillité tout le long du trajet. J’essaie de repérer des brises du brouhaha habituel, mais en vain.

J’arrive en pleine saison des pluies – ça promet pour mes fameux brushing tropicaux… Devant la maison, un magnifique arc-en-ciel m’accueille dans le quartier!

Le compound d’expats où nous avons été installés est relativement récent et très sécuritaire, je n’ai pas/vous n’avez pas à m’inquiéter. C’est un coin très paisible décorés de palmiers et avec tits oiseaux qui sifflotent à la journée longue. Un peu banlieue genre l’Orléans d’Ottawa ou l’Aylmer de Gatineau, ou encore Pointe-Claire, étant près de la route de l’aéroport.

C’est l’heure de ma douche, pas la douche africaine auquelle je m’étais habituée – aka le saut d’eau frette sur la tête! Oui, oui, agréablement surprise par la pression du jet et du degré de température de l’eau! Mais bon ça fait pas des miracles non plus et mon brushing fuzzy en vogue dès que je suis sortie de l’avion s’installe ainsi pour de bon. Va falloir que j’explore sérieusement mes options capillaires… Permanente? Bigoudis? Vous avez des idées?

Je défais alors mes valises en bobette, histoire de me tenir éveillée, car il est à peine 18h, et voilà que je vois passer un garde dans le jardin à travers la fenêtre grillagée de mon salon. (Ben oui… je vis maintenant dans une grande cage de poule!) Va falloir que je me surveille sinon je risque de faire le saut souvent!

Ma première nuit se passe relativement bien. Un peu beaucoup jetlag malgré la fatigue du voyage (ayant duré 22h… soit plus long que d’aller en Chine à cause des escales à Toronto et au Caire) et le manque de sommeil à bord, j’écoute les bruits de la maison. Les meubles ou les portes qui craquent. Les appareils électriques de toute sorte pour garantir le courant qui clignotent et zzzzz. Une vache qui beugle inclus. Bref je m’ennuie pas… et je ne m’endors pas!!

Les yeux collés, en route vers ma première épicerie. Un gros Shoprite, supermarket populaire ici, situé à Jabi Lake Mall, un centre d’achats où il y a même un Miniso (autre clin d’œil à mon ancienne vie à Beijing!)! D’ailleurs, je suis bien fière de rapporter que, cette fois-ci, j’ai fait beaucoup mieux qu’à ma première épicerie lors de mes débuts à Beijing il y a trois ans…

Tellement plaisant de pouvoir lire les étiquettes! Zéro mal de tête! Il y a certains items louches et d’autres à la fraîcheur questionnable, mais en gros pas trop de surprises, sauf peut être des items qui coûtent la peau des grosses fesses… genre des asperges ratatinées à 15$…

Si l’envie me prenait de pimper ma nouvelle routine, je pourrais même aller acheter mes œufs en bateau.

Les achats au frigo, en route vers le nouveau boulot! Hélas, Scoobidoo n’est plus là pour me trimbaler à l’Ambassade. Les yeux rivés à la fenêtre de la voiture, j’observe le voisinage, le paysage et la route. Comme il y a très peu ou pas de noms de rue et d’affichage d’autoroute mettons, je commence déjà à me trouver des points de repère, du genre au 3e arbre à droite, prendre la sortie… On m’a dit par contre que Google Maps est assez fiable, alors j’ai bien hâte d’essayer. De toute façon, j’ai le temps de m’habituer, puisque notre voiture n’arrivera que dans plusieurs semaines!

Je croise même mes premières chèvres et vaches à cornes de 2019, que je recroiserai aussi au retour du bureau en soirée. Je pense qu’on est peut-être sur le même quart de travail!

En passant, ces chroniques ne sont pas le moyen choisi pour vous parler de mon boulot, mais je vous dirais simplement que de transférer d’une ambassade avec 300 employés à un haut commissariat avec une 50aine de collègues environ sera une transition sans doute fort intéressante!

Qui dit saison des pluies dit risques très très probables de se faire pogner sous une violente tombée et de rentrer à la maison ben trempée, les souliers mouillés. Aussi dit mouche tsé-tsé et autres moustiques moins sympas… alors même si j’ai un joli balcon et que j’en rêvais depuis longtemps, surtout dès le coucher du soleil, il est préférable de pas veiller dehors. Ou sinon dans une tente de DEET…

Après plus de trois ans en Chine, j’me disais avoir grandement besoin d’une détox, soit envie d’essayer de me rapprocher du zéro déchet et de limiter notre exposition aux produits chimiques… Va toutefois falloir que je fasse certains compromis, car c’est ben beau les alternatives naturelles, mais ça ne guérit pas – encore – de la malaria hélas! Et en terme de d’autres précautions, ici aussi faudra bien laver les fruits et légumes sinon je risque de croiser souvent mon nouveau locataire, Greg le petit gecko, qui squatte dans la salle de bain.

Ben oui… dans la série Marion alias Ace Ventura l’amie des animaux… un tit bébé gecko a tombé sur ma tête pendant que je faisais pipi… je vous confirme que ça surprend!

Très peu dormi à ma deuxième nuit – merci Jetlag, mais bon 5h de différence c des peanuts à côté du 12-13h avec la Chine!

Ooooh soudain manque d’électricité. Ça surprend sur le coup quand la génératrice part dans le gros noir! Tellement de gadgets dans la casa dont j’ai évidement zéro idée ça sert à quoi… vous me connaissez avec la technologie… Ces coupures, vous vous en douterez, arrivent plusieurs fois par jour. Faudra s’habituer! Sinon je risque de virer folle avec tous ces bruits et lumières de cossins électriques!

Vendredi matin, je travaillais de la maison, et assise sur la terrasse, j’entends des voix chantant Alleluia! Alléluia! À peine 1h plus tard, vers 12:35, voilà que c’est le tour de l’appel à la prière du vendredi. Mélange harmonieux, chacun sa place, à la surface du moins (ces chroniques ne sont pas non plus le lieu où je vous parlerai de politique domestique et régionale!)

Un truc cool dans ma nouvelle routine metro-boulot-dodo, c’est que les vendredis après-midi, l’ambassade est fermée!!

J’en ai donc profité pour aller faire un petit tour avec mon nouveau voisin et sa fille bien sympas à Jabi Lake et spotter des repères en chemin pour me retrouver quand je prendrai le volant et irai au marché.

Faudra aussi que je m’habitue à des nouvelles règles de magasinage. Genre pas le droit de rentrer dans un grand magasin avec d’autres sacs, mêmes sacs vides en tissus! Et à la sortie, on se croirait au Costco… il faut montrer son reçu au garde de sécurité qui coche le dit reçu sans même regarder nos achats…

Dans la catégorie #Abujaserie, sachez qu’ici c’est 50000Nairas pour une glacière!!! J’en reviens pas encore! Je vous laisse faire la conversion. Ben contente d’avoir amené la nôtre du Canada… sinon ça aurait fait cher le transport de nos cubes de glace pour aller pique-niquer!

Autre petit plaisir de la route = acheter des peanuts rôties entassées dans une bouteille d’alcool vide probablement sur sa 30e vie en bord de chemin. Dès que la fenêtre ouvre… une foule de vendeuses locales se ruent sur la voiture pour nous vendre leurs marchandises. Si tu choisis pas l’item d’une telle, celle-ci va se retirer en boudant… je note pour la prochaine fois.

Bon… moi qui voulait faire ça court! Ça vous dérange si c’est aussi long?

Alors je vous laisse en vous souhaitant officiellement Bienvenue dans la Savane d’Adaobi!

Petit quiz: j’enverrai une carte postale (je garantie pas par contre que vous la recevrez avant Noël lol) à celui ou celle qui me dira la signification de mon nom Igbo « Adaobi ». Vous vous souvenez?

Ciao.

Marion

Categories: Abujaserie, Adaobi, Afrique, Expat, Nigéria, Voyage | Tags: , , , , , , , | 3 Comments

Post navigation

3 thoughts on “Abujaserie – Chronique 1 – Arrivée au bercail nigérian

  1. Great post 🙂

    Like

  2. Fred

    Ça veut dire femme parfaite !!!

    Like

  3. Encore Fred

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: