Posts Tagged With: expat life

#Abujaserie – Chronique 3 – Un premier mois à Abuja bien rempli!

Woah… un mois a passé déjà depuis ma dernière chronique. Je me disais Chéri arrive dans quelques dodos. On va pouvoir trouver notre nouveau rythme. Je vais avoir le temps le samedi matin de vous donner de nos nouvelles en sirotant mon matcha tea… Et puis on a eu notre première invitation à un mariage Igbo. Ensuite, nos 150 boîtes en provenance de Chine sont arrivées… on a donc fait un marathon blitz de dépaquetage en moins de 48h… j’en ai encore des courbatures! Et puis les jours ont défilé comme ça, avec un programme chargé et souvent imprévu. J’ai même attrapé mon premier virus de la mouche tsé-tsé. J’attendais de prendre notre beat (ou souffle!) avant de ressortir ma plume (virtuelle, car il n’y a toujours pas un seul crayon dans la maison… gracieuseté des règles d’aviation chinoises… vivement notre cargaison du Canada qui devrait arriver bientôt!) pour vous partager nos dernières Abujaserie, mais honnêtement si je continue d’attendre ainsi, vous risquez de ne pas avoir de mes nouvelles avant un méchant boutte… Sérieusement je crois que je peux déjà affirmer que les chinoiseries peuvent retourner faire des dumplings… Wow! Les Abujaserie sont à un autre niveau! Je me demande bien à quoi la suite ressemblera!

Retrouvailles avec mon Igwe

Chéri est enfin de retour au bercail, dans son pays natal, mon rêve oriental, oups africain! (clin d’oeil à feu Sinorama!) Quel bonheur et soulagement de l’avoir enfin à mes côtés pour vivre pleinement notre nouvelle vie à Abuja. À peine rendus à la maison, les valises déposées, déjà les amis étaient en route pour venir saluer Chéri. Malgré le voyage et le décalage, il était bien heureux de savourer quelques heneikens bien froides avec ses copains. Pendant que moi, je me remettais encore de ma première indigestion. Était-ce les épinards dans mon smoothie vert qui étaient trop vieux? Les oeufs du marché du coin qui étaient trop vieux? Mystère et Pepto-Bismol! (Pourtant, on fait très attention et on lave et relave nos fruits et légumes! J’imagine que mon estomac doit aussi s’habituer, pas juste mes papilles gustatives qui apprécient les saveurs locales!)

Une chose, parmi tant d’autres, avec laquelle je dois composer afin de vivre notre best #Abujalife, c’est que quand on prépare un plan A, on risque plus souvent qu’autrement de se retrouver plutôt devant le plan M! Je vous explique. Donc pour notre première fin de semaine à deux, on avait prévu relaxer et faire de la popote nigériane. Le craving était énorme. Le croyez-vous que pendant les deux premières semaines où j’étais en solo ici, je n’ai pas pris une seule bouchée de mes plats nigérians préfs habituels?! Donc on planifie avec sa soeur que ses deux nanny iront au marché pour acheter les provisions nécessaires et viendront nous aider avec la première batch de stews et de soupes. En ce samedi, on les attend donc sagement et impatiemment, déjà l’eau à la bouche… Finalement, tard en après-midi, on apprend que cela est remis au lendemain midi, alors qu’on avait prévu se prélasser à la piscine, sport préféré de tout bon expat vivant à Abuja! Le dit lendemain midi arrive… nada… les cuisinières et tout le tralala sont finalement arrivés vers 15h45… alors que moi, en bonne canadienne ponctuelle que je suis, j’avais déjà arrêté de faire mes trucs et étais prête comme une jeannette avertie à les recevoir et à cuisiner depuis 11h45 lol… Rookie mistake…

Petite parenthèse, faire la cuisine ici, ou son lavage, est un sport dangereux! Il faut se timer entre deux arrêts d’électricité! Et faut vraiment pas oublier de repartir la sécheuse, sinon ça peut prendre des heures, voir des jours, à sécher… (Fait vécu)

Et autre surprise dans notre programme dominical! On avait finalement à peine 45-60 minutes pour tout cuisiner puisqu’on était attendu au parc pour célébrer Iriji, le festival de la nouvelle yam, une fête annuelle et tradition dans la culture Igbo. Chouettes célébrations, mascarade incluse!

Parlant de tradition Igbo, le weekend suivant, nous sommes allés à mon premier mariage Igbo… Nous étions pas les seuls, pour être exacte, la salle comptait environ 800 personnes! J’ai adoré être témoin du mélange des traditions Igbo et celles religieuses avec lesquelles nous sommes plus familiers. Ça nous donne des idées pour notre propre mariage, hein Igwe?! 😉

Notre nouveau logis ressemble maintenant à notre maison!

Un peu beaucoup d’items aux influences chinoises je l’avoue mais bon avec quelques toiles et statuettes nigérianes, la fusion des styles se mariera très bien! Il y a un dicton dans le monde des diplomates qui dit que l’on peut reconnaître le lieu de la première affectation d’une femme en regardant ses meubles, et celui d’un homme… en regardant sa femme! Dans mon cas, c’est discutable puisqu’il y a un peu des deux lol!

Combien d’items chinois pouvez-vous repérer sur cette photo? (Autre question quiz ayant comme prix une carte postale – livraison non garantie!)

C’est si plaisant de se sentir chez soi! Dans un décor arrangé à notre goût. Il n’y a pas de doute qu’on sera bien ici pour les deux prochaines années. Mon espace créatif a même déjà été aménagé et il ne manque plus que mes articles d’art (peintures, crayons, encres, et alouette) qui sont en route du Canada! Vous êtes tous invités à la pendaison de crémaillère!

Premier BBQ

Le lendemain de notre blitz dépaquetage, les cadres n’étaient pas encore accrochés mais pas le temps de niaiser, on recevait déjà 20 personnes à la maison pour un après-midi à la piscine et un BBQ à la bonne franquette! On est même rendu avec une cachette à cochonneries, sucreries et jus pour enfants (et plus grands)!

Enfin! Une journée à se prélasser à la piscine bien méritée!

Les derniers mois de transition de Beijing à Abuja, dans nos valises, n’ont pas été des plus reposants disons. Samedi dernier était en fait la première journée que nous passions ensemble à RIEN faire, simplement flotter dans la piscine sur l’ananas et le flamant rose gonflables, socialiser avec les nouveaux voisins et le gentil pool boy, et attraper un coup de soleil en prime évidement!

La minute trafic local:

Je ne peux pas m’empêcher de vous tenir au courant sur les questions concernant le trafic à Abuja! Ce n’est que sur la route que pour l’instant je passe plus de temps en dehors du boulot et de la maison. Et comme je vous disais précédemment, c’est donc là que je peux prendre le pouls local. Aussi, comme on n’a pas encore reçu notre voiture, on est toujours dépendants de nos amis pour nos amener faire l’épicerie, alors on limite nos déplacements! Il y a souvent des check points de police sur la route, particulièrement le soir, sous prétexte de veiller à la sécurité… Mais ‘’parfois’’ ce n’est simplement que pour quêter de l’argent aux automobilistes. Cette semaine on a eu droit à une excuse que je n’avais pas encore entendue… Le policier se tenait le ventre et grimaçait. Quand le chauffeur a entre-ouvert la fenêtre, le policier s’est exclamé: ‘’ne vois-tu pas que je souffre et que j’ai mal au ventre?! As-tu des sous pour moi et mon mal de ventre?’’… 100N pour le prix de la comédie… #Abujaserie

Next, cousin nigérian de Chez Costco

Nos sorties se résument principalement à aller faire les emplettes. Donc cette fois-ci on est allé à Next, un gros commerce aux airs de Costco. Des larges et hautes allées pleines de poches de riz, de nouilles Indomie (Ramen), et d’huile. On y retrouve même quelques produits de la marque Kirkland, incluant mon lait d’amande! Il manque juste les tites dames aux tables de dégustation! La musique qu’ils y blastent est dans les mêmes rythmes que chez nous… Céline Dion inclus!

En ce 1er octobre c’est congé puisque c’est la Journée de l’Indépendance du Nigéria (alors que la Chine célèbre ses 70 ans en cette même date! Chéri est d’ailleurs en train de regarder le spectacle de célébrations en chinois à la tv nationale CCTV!)

Je souhaite prospérité, paix et sécurité à mes pengyous nigérians! Je vous laisse, j’ai promis à Chéri d’aller faire 20 longueurs dans la piscine… pendant que lui me surveillera en direct de son ananas.

Xox

Categories: Abujaserie, Adaobi, Afrique, Expat, Nigéria, Uncategorized, Voyage | Tags: , , , , , , , , , , , | Leave a comment

Abujaserie – Chronique 2 – Jour de rentrée à ABUJA

Rebonjour!

Je vous écris en direct de la terrasse à l’avant de la maison, aux sons des tits oiseaux qui roucoulent. Déjà ma première semaine complète au boulot terminée. Cela a commencé avec un chouette BBQ avec les collègues canadiens dimanche dernier, où j’ai même pu savourer ma première brochette de suya depuis mon retour. Je ne savais pas trop quoi amener en guise de cadeau d’hôtes puisque je suis arrivée ici qu’avec un gros baluchon en attendant notre container de Chine. Mais bon, j’ai trouvé une bouteille de vin blanc d’Afrique du Sud à l’épicerie (il n’y a pas de SAQ ni de LCBO ici…) à 2200N. Peut-être, que dis-je, sûrement les séquelles du vino en Chine, mais je doutais ben gros de la qualité de la bouteille… (aussi, j’ai encore de la misère à faire la conversion des prix alors sur le coup je croyais que la bouteille était à 80$, mais finalement j’avais un zéro de trop…)

Le lendemain, c’était jour de rentrée officielle pour moi! Ça fait drôle d’ailleurs de voir vos photos de rentrée défiler sur IG ou FB cette semaine. Je crois que je suis déjà un brin nostalgique aka FOMO de l’été indien et de l’automne – ma saison préf – car breaking news – ici les palmiers ne rougissent pas! Et hélas pas de pumpkin spice latte non plus pour Adaobi! Zut alors! (French expression, apparently, that anglophone readers will understand!)

Jollof rice & Chicken Kebab on a nice patio for my 1st lunch outside the office

Jusqu’à présent, étant limitée dans mes déplacements, sans voiture et sans Igwe, c’est le trajet maison-boulot-maison qui me fait sentir la vibe d’Abuja. On prend aussi différentes routes pour que je puisse voir davantage, élargir mes points de repère, et pour brouiller les pistes si jamais on voulait me suivre (cours de sécurité 101).

À travers la lentille de la fenêtre du VUS, je suis témoin de toutes sortes de scènes, allant de parties de soccer à la jonction d’une autoroute, aux messieurs qui s’arrêtent faire pipi n’importe où le long de la route.

Le matin on écoute les nouvelles à la radio. Intéressant bulletin! Les deux animateurs alternent la lecture des titres des journaux principaux du pays et ensuite réfèrent les auditeurs à la “page 8 for more info about this story”. Quand le sujet est plus triste (décès, viol, par exemple), l’animatrice répète “I beg you pardon” après avoir lu la dite nouvelle, étant presque mal à l’aise de nous rapporter cette histoire, et d’aborder ce sujet.

Côté traffic, les jeunes nigérians commencent l’école que dans deux semaines alors pour l’instant ça prend 20 minutes me rendre au boulot. On verra bien à la rentrée! Vous savez que je suis pas très matinale alors me lever à 7h01 maintenant et m’installer devant mon ordi vers 8h – cela relève d’un miracle nigérian!

Il y a plusieurs feux de circulation ici, que la plupart respectent, sauf certains. Donc il ne faut surtout pas prendre les feux verts pour des feux verts et toujours regarder à gauche à droite à gauche à droite devant derrière sur les côtés avant d’avancer! À de nombreuses intersections, on y retrouve souvent un policier en charge de faire circuler les différentes voies en supposée harmonie.

Souvent des jeunes vendeurs en profitent alors pour s’accrocher à vos fenêtres pour vous vendre une brochette d’articles, tels que livres, journaux, bananes, cartes de téléphone et alouette. Tous les trucs sont bons pour réussir à vous faire ouvrir la fenêtre. Certains vont même jusqu’à danser!

La verdure d’Abuja le long des routes et ses grands parcs me surprennent encore. Rentrer à la maison est paisible, même sous la pluie! Il y a aussi une jolie fontaine au centre, qui ont m’a dit, jadis fonctionnait…

Ayant besoin de plusieurs photos pour la paperasse administrative, je repoussais ma visite au studio, espérant ainsi trouver le truc miracle pour arranger mes cheveux, mais en vain… Je dois me résigner à l’idée que j’aurai les cheveux fuzzy et mon brushing tropical sur tous mes documents nigérians officiels… c’est dans des moments comme ça que je m’ennuie de la Chine et son Photoshop…

Ici, il y a des gardes à la porte de chaque gros commerce ou mall, pour vérifier les sacs, vous passer au détecteur de métal, et/ou encore vous diriger dans le stationnement. À l’entrée de plusieurs centre d’achats, petits ou grands, ils vous font aussi ouvrir le coffre de la voiture ou regardent sous l’engin avec un miroir accroché au bout d’une longue perche pour repérer de possibles bombes cachées. Bienvenue au magasin!

Côté expérience du service à la clientèle, les gens sont pour la plus part très souriants et me souhaitent tous la bienvenue au Nigeria! C’est sympa!

Cette semaine, j’ai visité Dunes pour faire l’épicerie. Agréablement surprise! Il y a même du lait d’amandes non sucré et une section sans gluten avec une sélection de produits assez variée! Même le commis au Deli m’a fait goûter des charcuteries et des olives. Je me croyais quasiment au Loblaws! Un peu plus cher comme épicerie je l’avoue mais j’adore déjà l’endroit. Même la caissière très souriante m’a souhaité la bienvenue. Très contente, je suis rentrée à la maison avec mon tahini, mes olives, mes tits concombres libanais ultra croquants, mes avocats et mon feta pour me faire une délicieuse salade, et mon lunch!

Et la Abujaserie de la semaine va à… Jumia, une plateforme regroupant plusieurs restos de la ville et qui livre à domicile en scooter, même sous la pluie (kudos à mon livreur!). (Oui oui j’ai l’intention de faire mes lunchs ici mais bon une fois de temps en temps pourquoi pas?!) Venant d’apprendre son existence, je m’inscris donc en ligne et passe ma première commande avec un 20% de rabais pour les nouveaux clients. Il est 12h20. Une heure plus tard, n’ayant toujours pas reçu de nouvelles, je vérifie en ligne et on m’annonce que par manque d’info, ils ont annulé ma commande. Je communique alors avec le service à la clientèle qui me dit de repasser ma commande, mais que malheureusement puisque j’ai déjà passé une commande donc je ne suis plus éligible au rabais applicable aux nouveaux… Le ventre vide, j’essaie de rester patiente et cordiale, mais cliss! Je leur explique que c’est insensé puisque c’est pour la même commande, mais il n’y a rien à faire “this is the company’s policy”… finalement j’ai reçu ma bouffe vers 15h et à plein tarif… Bienvenue qu’ils disent!!

Bon long weekend!!

Xox

Categories: Abujaserie, Adaobi, Afrique, Expat, Nigéria, Uncategorized, Voyage | Tags: , , , , , , , , , ,

Abujaserie – Chronique 1 – Arrivée au bercail nigérian

Me voilà enfin arrivée à Abuja depuis quelques jours, encore sur le décalage, mais bien heureuse d’être ici au Nigeria.

Comme j’ai envie de vous partager mes péripéties nigérianes plus régulièrement que je pouvais le faire avec mes chinoiseries, essayons donc la bonne vieille méthode du récit de voyage hebdomadaire publié sur le blog Adaobi Savannah. Ça vous dit? Et entre ces chroniques à l’africaine, je publierai quelques clichés tirés de mon quotidien, surtout sur Instagram (@queenadaobi) et Facebook (@AdaobiSavannah).

Un P.S. non commandité par le Petit Larousse Québécois: Ici, j’ai envie de vous parler en français. Au quotidien, je suis amoureuse en anglais. Je travaille en anglais. Ma vie sociale, je la vis principalement en anglais. Mais pour mon plaisir je lis quasi uniquement en français et je tiens à écrire ces chroniques en français également. Alors pour mes copains anglos, vive google translation! Sorry guys, you will miss my French Canadian sense of humour! Sorry-oooo as we say in Naija! But most of my posts on Instagram and Facebook are in English anyways, so you won’t be left out of my #Abujaserie, I promise!

Donc c’est parti! Voici mes premières impressions sur mon nouveau quotidien à Abuja.

Dès que j’ai mis le pied en sol nigérian, le petit côté africain en moi a ressurgi. (Je pensais pas que j’allais sortir celle-là aussi tôt, mais on dit souvent que quand on visite l’Afrique, on ne la quitte jamais vraiment!) Quel plaisir et vent de fraîcheur de redécouvrir à nouveau, et cette fois-ci pour plus longtemps, les saveurs, les odeurs et les couleurs nigérianes!

Atterrie, je peux enfin poser mes lourdes valises à la maison (qui sont toutes arrivées saines et sauves à bon port – ou presque, puisqu’il me manque étrangement un soulier noir!) Quel bonheur après avoir vécu dans mes valises depuis la mi-juin! Les dernières semaines de transition entre Beijing et Abuja, en passant par le Canada, ont été disons busy busy, incluant l’extraction de ma sagesse! (J’ai pas encore pris le temps de faire le bilan chinois, mais ça viendra, une fois la poussière des dernières chinoiseries retombée!)

Awwww comme ces magnifiques levers du soleil africains me manquaient. 20 août, Le Caire.

Pas trop dépaysée dès mon atterrissage à Abuja, puisque le nouvel aéroport international construit par des chinois ressemble étrangement à une station de train à Tianjin! (Pourquoi repenser l’architecture quand des plans existent déjà qq part, hein? #chinoiserie)

Sur la route de l’aéroport en direction de ma nouvelle maison, je suis surprise par autant de verdure, et de tranquillité tout le long du trajet. J’essaie de repérer des brises du brouhaha habituel, mais en vain.

J’arrive en pleine saison des pluies – ça promet pour mes fameux brushing tropicaux… Devant la maison, un magnifique arc-en-ciel m’accueille dans le quartier!

Le compound d’expats où nous avons été installés est relativement récent et très sécuritaire, je n’ai pas/vous n’avez pas à m’inquiéter. C’est un coin très paisible décorés de palmiers et avec tits oiseaux qui sifflotent à la journée longue. Un peu banlieue genre l’Orléans d’Ottawa ou l’Aylmer de Gatineau, ou encore Pointe-Claire, étant près de la route de l’aéroport.

C’est l’heure de ma douche, pas la douche africaine auquelle je m’étais habituée – aka le saut d’eau frette sur la tête! Oui, oui, agréablement surprise par la pression du jet et du degré de température de l’eau! Mais bon ça fait pas des miracles non plus et mon brushing fuzzy en vogue dès que je suis sortie de l’avion s’installe ainsi pour de bon. Va falloir que j’explore sérieusement mes options capillaires… Permanente? Bigoudis? Vous avez des idées?

Je défais alors mes valises en bobette, histoire de me tenir éveillée, car il est à peine 18h, et voilà que je vois passer un garde dans le jardin à travers la fenêtre grillagée de mon salon. (Ben oui… je vis maintenant dans une grande cage de poule!) Va falloir que je me surveille sinon je risque de faire le saut souvent!

Ma première nuit se passe relativement bien. Un peu beaucoup jetlag malgré la fatigue du voyage (ayant duré 22h… soit plus long que d’aller en Chine à cause des escales à Toronto et au Caire) et le manque de sommeil à bord, j’écoute les bruits de la maison. Les meubles ou les portes qui craquent. Les appareils électriques de toute sorte pour garantir le courant qui clignotent et zzzzz. Une vache qui beugle inclus. Bref je m’ennuie pas… et je ne m’endors pas!!

Les yeux collés, en route vers ma première épicerie. Un gros Shoprite, supermarket populaire ici, situé à Jabi Lake Mall, un centre d’achats où il y a même un Miniso (autre clin d’œil à mon ancienne vie à Beijing!)! D’ailleurs, je suis bien fière de rapporter que, cette fois-ci, j’ai fait beaucoup mieux qu’à ma première épicerie lors de mes débuts à Beijing il y a trois ans…

Tellement plaisant de pouvoir lire les étiquettes! Zéro mal de tête! Il y a certains items louches et d’autres à la fraîcheur questionnable, mais en gros pas trop de surprises, sauf peut être des items qui coûtent la peau des grosses fesses… genre des asperges ratatinées à 15$…

Si l’envie me prenait de pimper ma nouvelle routine, je pourrais même aller acheter mes œufs en bateau.

Les achats au frigo, en route vers le nouveau boulot! Hélas, Scoobidoo n’est plus là pour me trimbaler à l’Ambassade. Les yeux rivés à la fenêtre de la voiture, j’observe le voisinage, le paysage et la route. Comme il y a très peu ou pas de noms de rue et d’affichage d’autoroute mettons, je commence déjà à me trouver des points de repère, du genre au 3e arbre à droite, prendre la sortie… On m’a dit par contre que Google Maps est assez fiable, alors j’ai bien hâte d’essayer. De toute façon, j’ai le temps de m’habituer, puisque notre voiture n’arrivera que dans plusieurs semaines!

Je croise même mes premières chèvres et vaches à cornes de 2019, que je recroiserai aussi au retour du bureau en soirée. Je pense qu’on est peut-être sur le même quart de travail!

En passant, ces chroniques ne sont pas le moyen choisi pour vous parler de mon boulot, mais je vous dirais simplement que de transférer d’une ambassade avec 300 employés à un haut commissariat avec une 50aine de collègues environ sera une transition sans doute fort intéressante!

Qui dit saison des pluies dit risques très très probables de se faire pogner sous une violente tombée et de rentrer à la maison ben trempée, les souliers mouillés. Aussi dit mouche tsé-tsé et autres moustiques moins sympas… alors même si j’ai un joli balcon et que j’en rêvais depuis longtemps, surtout dès le coucher du soleil, il est préférable de pas veiller dehors. Ou sinon dans une tente de DEET…

Après plus de trois ans en Chine, j’me disais avoir grandement besoin d’une détox, soit envie d’essayer de me rapprocher du zéro déchet et de limiter notre exposition aux produits chimiques… Va toutefois falloir que je fasse certains compromis, car c’est ben beau les alternatives naturelles, mais ça ne guérit pas – encore – de la malaria hélas! Et en terme de d’autres précautions, ici aussi faudra bien laver les fruits et légumes sinon je risque de croiser souvent mon nouveau locataire, Greg le petit gecko, qui squatte dans la salle de bain.

Ben oui… dans la série Marion alias Ace Ventura l’amie des animaux… un tit bébé gecko a tombé sur ma tête pendant que je faisais pipi… je vous confirme que ça surprend!

Très peu dormi à ma deuxième nuit – merci Jetlag, mais bon 5h de différence c des peanuts à côté du 12-13h avec la Chine!

Ooooh soudain manque d’électricité. Ça surprend sur le coup quand la génératrice part dans le gros noir! Tellement de gadgets dans la casa dont j’ai évidement zéro idée ça sert à quoi… vous me connaissez avec la technologie… Ces coupures, vous vous en douterez, arrivent plusieurs fois par jour. Faudra s’habituer! Sinon je risque de virer folle avec tous ces bruits et lumières de cossins électriques!

Vendredi matin, je travaillais de la maison, et assise sur la terrasse, j’entends des voix chantant Alleluia! Alléluia! À peine 1h plus tard, vers 12:35, voilà que c’est le tour de l’appel à la prière du vendredi. Mélange harmonieux, chacun sa place, à la surface du moins (ces chroniques ne sont pas non plus le lieu où je vous parlerai de politique domestique et régionale!)

Un truc cool dans ma nouvelle routine metro-boulot-dodo, c’est que les vendredis après-midi, l’ambassade est fermée!!

J’en ai donc profité pour aller faire un petit tour avec mon nouveau voisin et sa fille bien sympas à Jabi Lake et spotter des repères en chemin pour me retrouver quand je prendrai le volant et irai au marché.

Faudra aussi que je m’habitue à des nouvelles règles de magasinage. Genre pas le droit de rentrer dans un grand magasin avec d’autres sacs, mêmes sacs vides en tissus! Et à la sortie, on se croirait au Costco… il faut montrer son reçu au garde de sécurité qui coche le dit reçu sans même regarder nos achats…

Dans la catégorie #Abujaserie, sachez qu’ici c’est 50000Nairas pour une glacière!!! J’en reviens pas encore! Je vous laisse faire la conversion. Ben contente d’avoir amené la nôtre du Canada… sinon ça aurait fait cher le transport de nos cubes de glace pour aller pique-niquer!

Autre petit plaisir de la route = acheter des peanuts rôties entassées dans une bouteille d’alcool vide probablement sur sa 30e vie en bord de chemin. Dès que la fenêtre ouvre… une foule de vendeuses locales se ruent sur la voiture pour nous vendre leurs marchandises. Si tu choisis pas l’item d’une telle, celle-ci va se retirer en boudant… je note pour la prochaine fois.

Bon… moi qui voulait faire ça court! Ça vous dérange si c’est aussi long?

Alors je vous laisse en vous souhaitant officiellement Bienvenue dans la Savane d’Adaobi!

Petit quiz: j’enverrai une carte postale (je garantie pas par contre que vous la recevrez avant Noël lol) à celui ou celle qui me dira la signification de mon nom Igbo « Adaobi ». Vous vous souvenez?

Ciao.

Marion

Categories: Abujaserie, Adaobi, Afrique, Expat, Nigéria, Voyage | Tags: , , , , , , , | 4 Comments

#100DaysofChinoiseries continue!

Plus d’une soixantaine de jours à Beijing! Pour célébrer et se remémorer notre vie pékinoise depuis les trois dernières années et demie, j’ai envie de partager avec vous mes chinoiseries préférées, quelque chose typique de Beijing ou de la Chine qui me manquera… ou non!

(Vous pouvez également suivre le décompte sur Instagram, via @queenadaobi & #100DaysofChinoiseries #The100DayProject #mylast100DaysinBeijing)

Voici donc la suite des chinoiseries, sans ordre particulier.

21/100
Mobike. Le cousin chinois du Bixi, aujourd’hui emblème du paysage pékinois. À mon arrivée à Beijing en 2016, ces vélos oranges commençaient à envahir les rues et les trottoirs, et, fidèle au concept chinois de la copie, cela n’a pas pris longtemps que vélos jaunes, bleus, rouges et blancs, et même arc-en-ciel apparaissaient également! Comment ça fonctionne? C’est simple… une fois que tu as l’app, que tu as downloadé ta photo de toi tenant ton passeport, et déposé 300 kuais (60$). Il suffit de repérer le vélo le plus proche, optionnel : vérifier la sonnette, le frein et l’alignement du guidon et des roues…, installer sacoche ou caniche ou passager dans le panier, scanner le QR code, ajuster le banc à hauteur de grand blanc, enlever le pied et hop c’est parti! Siii pratique!! 1 ou 2 kuai la ride, ça garde les mollets en forme, et comme Beijing est plat plat plat, pas de côtes à monter ni besoin de changer de vitesses. En plus, à Beijing, il y a la ‘’fulu’’, voie de service où vélos et scooters co-roulent en ‘’harmonie chinoise’’…, donc, en théorie, facile de dépasser le trafic et se rendre à destination sans trop de retards. Me voici lors de ma première ride de Mobike, cela faisait déjà quelques années que je n’avais pas pédalé disons! 


20/100
砍价. kǎnjià. To bargain. D’emblée, je déteste bargainer, encore plus le jeu de la calculatrice. Ce match de ping pong 🏓économique m’étourdie, je sors de là épuisée. Toutefois, j’ai fait du progrès depuis mon arrivée, mais c’est rien comparé à Jay qui a ça dans le sang! D’abord, en te promenant dans les allées, il faut surtout pas toucher l’objet de ton désir, ni même le pointer du doigt. Je te confirme que faire du lèche-vitrine en marche rapide et en clignant des yeux pour tromper les vendeurs c’est essoufflant! Si tu te fais ramasser dans leur filet de pêche avec « Pengyou!Pengyou! What do you want? Gucci? Prada? Watch? », bonne chance! Souvent, ils vont même te faire le truc du lighter allumé sur la sacoche pour te montrer que c’est bien sûr du vrai cuir de top qualité. Tip: Au bout d’un certain temps à se passer la calculatrice en pitonnant le prix demandé vs le prix que tu es prêt à payer, si tu vois que ça descend pas à ton goût, just walk away, lentement. Dans 98% des cas, le vendeur va continuer à te crier après en baissant le prix jusqu’à ce qu’il dise finalement “ok ok ok Pengyou your price”. Là, ne faiblis surtout pas, il va te regarder avec les yeux du Chat botté ou faire semblant d’être très très fâché, en disant que tu es trop bon négociateur et qu’ils perdent de l’argent… bla-bla-bla. Du mauvais jeu de théâtre. Si tu quittes le kiosque en pleine négociation et que tu entends des criquets, ça veut dire que ton prix était ridiculement trop bas… pour garder la tête haute, tu peux donc passer au prochain en espérant retrouver un objet similaire et tu sauras ainsi un peu mieux la valeur du marché pour ta prochaine manche de ping-pong (remarque que tu vas peut-être entendre des criquets anyways, car en Chine certains adoptent ces animaux de compagnie chantonnants comme porte-bonheur!) Certains vendeurs t’offrent même une canette de bière ou une bouteille d’eau pendant ton magasinage, pour t’amadouer au moment fatidique de payer. Reste sur tes gardes et surtout avec les idées clairs!! Bon magasinage! Tu es enfin prêt, ou non, pour le marché de perles! 

19/100 
That break of #chinoiseries ended right on the tarmac in PUS… 3 hours delay because Beijing air traffic control said so…
 Il y a quelques semaines (déjà!), en revenant de Busan, Corée du Sud, nous avons dû poireauter sur le tarmac au départ. En fait, très rarement, j’ai décollé ou atterri à l’heure à PEK, l’aéroport de Beijing. Souvent, autre que « en raison des conditions météorologiques », pour quelques gouttes de pluie ou un gros smog aka ciel pollué, ces délais sont causés par les contrôleurs aériens chinois, ou LE contrôleur. Des fois, pour passer le temps, je me l’imagine dans sa tour de contrôle, assis avec sa tite calotte de capitaine… (je vais m’arrêter ici et je vous laisse vous l’imaginer aussi)… Même après 3 ans, je ne m’habitues tjrs pas et je m’impatiente trop facilement quand je suis pognée dans cette chinoiserie. Tant de précieux temps perdu! Du temps de plage ou de vino/bouffe en moins! Pouvons-nous agrandir le ciel chinois svp?!

18/100 
红包. hóngbāo. Enveloppe rouge. Ce don d’argent, élément clé dans la tradition chinoise, amène chance & prospérité. À chaque année, au nouvel an chinois, on s’en donne et on en reçoit à profusion dans notre entourage, autant familial que professionnel. Le montant donné est généralement en lien avec le rang familial et social unissant donneurs & receveurs. Si le chiffre 8 y est inclus, ça porte chance, car en chinois ça se prononce comme prospérité! Rouge l’enveloppe, car cette couleur porte également chance toujours selon la culture chinoise. Aussi populaire comme cadeau de mariage ou dans d’autres fêtes traditionnelles. Bon, il peut y avoir aussi un petit côté corruption du genre enveloppe brune… mais règle générale, les hóngbāo sont porteuses de bonheur! Plus récemment, on s’offre également des e-hóngbāos, via WeChat (un genre de whatsapp/facebook hybrid chinois). Même en tant qu’expats, le buzz des e-hongbaos est vite contagieux et on participe à cette tradition avec plaisir en s’offrant des e-hongbaos à 0.1888$ entre lǎowài (étrangers) – de gros budgets en jeu & surtout ben du fun à les ouvrir! 

17/100
Brunch dominical avec free flow de bulles!!! La scène de restos à Beijing est très variée & surtout dé-li-cieu-se! Il y en a vraiment pour tous les goûts & les envies. De street food à boui-boui dans un petit trou caché d’un mur de briques ($), avec conditions sanitaires parfois douteuses. De lieux spectaculaires de ton assiette à l’ambiance ($$$$$). De bouffe locale à cuisines internationales. Un mélange de saveurs à travers la ville! 3 ans et demie plus tard, et quelques livres en plus, j’aurais fait de nombreuses découvertes culinaires et il en restera tant à savourer. Man man chi comme disent les chinois. (Mange lentement lentement = Bon appétit!) 


16/100
三轮车. sānlúnchē. Three-wheeled. Un tricycle à gaz! Meilleur transport à Beijing, après Scoobidoo évidemment! Peut se faufiler partout, dans le traffic, entre les autos, le trottoir, les piétons, les vélos, et alouette. Kudos aux chauffeurs agiles! Peut même y loger 3 adultes, gros popotins inclus, et nombreux sacs d’emplettes. Souvent forte odeur de gaz en prime, qui procure un petit buzz pour la durée de la ride! Certains sont pimpés comme une disco mobile, d’autres si vieux qu’on serre les fesses tout le long du voyage pour l’aider à se rendre à destination. Un peu plus cher qu’un taxi ou didi (Uber chinois) mais plaisir garanti! … sinon argent pas remis. Possibilité même de voyager en motorcade ou d’initier une course de rue dans les hutongs de Beijing! 

15/100
睡觉在Ikea. Siesta au Ikea. À première vue, le Ikea en Chine est semblable à ceux au Canada… à quelques exceptions, aka chinoiseries près. Ici, autre que la possibilité de manger tes boulettes suédoises avec des baguettes, tu peux également venir au magasin spécialement pour faire la siesta. Ou t’installer confortablement dans un des sofas en démo, entouré de coussins, en écoutant de la musique ou un film sur ton smartphone, et ce, sans limite de temps! (Tant pis pour les autres clients intéressés qui voudraient essayer la « mouelleur » du dit divan.) C’est très fréquent aussi qu’en faisant le tour des pièces de maison en démo, tu trouveras un ou deux ou trois chinois installés confortablement sous la couette, les yeux grand fermés. C’est un peu embêtant quand tu essaies de trouver le tag du dit lit. En bonne Canadienne qui n’ose pas déranger, tu passes au suivant… Si tu te le demandes, ben non, ils ne refont pas « leur » lit après leur moment de détente. Alors, les lits sont tous défaits (et quasiment en tout temps, même si les employés les refont). Cela ajoute l’effet « maison habitée » à la salle démo j’imagine! À quand une partie de mahjong à la table de cuisine Ikea en démo?! 

Categories: Chine, Chinoiseries, Expat, Uncategorized | Tags: , , , , , , , , | Leave a comment

La série #100DaysofChinoiseries se poursuit!

Tel qu’annoncé récemment, nos aventures à Beijing se termineront prochainement, soit dans environ 100 jours! Pour célébrer et se remémorer notre vie pékinoise depuis les trois dernières années et demie, chaque jour, et ce jusqu’à notre départ, je partage une photo ou une vidéo d’une de mes chinoiseries préférées, quelque chose typique de Beijing ou de la Chine qui me manquera… ou non!

(Vous pouvez également suivre le décompte au quotidien sur Instagram, via @queenadaobi & #100DaysofChinoiseries #The100DayProject #mylast100DaysinBeijing)

Voici donc la suite des chinoiseries, sans ordre particulier.

14/100

Awww Scoobidoo! Ma Cadillac de rêve! Mon fidèle complice, à mes côtés, ou plutôt sous mon entrejambe, depuis mes toutes premières semaines estivales à Beijing. Il m’a trimbalé partout en ville – ben dans un cercle de 5-10km avec une batterie pleine mettons, pour éviter de devoir faire comme les Pierrafeu et user ses semelles dans les rues achalandées pékinoises, ou encore de se patenter une corde à remorquage avec la ganse de sacoche d’une amie… Transformé en batmobile, avec ma cape hivernale pour me garder les genoux au chaud, Scoobidoo et moi défilions également durant l’hiver, sauf en temps de grands froids ou grands vents, car l’envie de me geler les dents ne m’attirait pas pantoute. Pas idéal pour les jours de pluie non plus, mais puisque j’en ai pas ben ben long à faire entre le boulot et la casa, j’arrive à peine détrempée à la porte. Très pratique pour zigzaguer dans le trafic, pour aller faire les courses, pour transporter mes visiteurs, mais peut-être moins pour sauter les dos d’âne à pleine vitesse! (hein Fred!). Même s’il ne répond plus aux standards de la ville depuis juillet 2018, et que son avenir est très limité, voire en péril, Scoobidoo restera toujours mon préféré! Dommage qu’il ne pourra pas nous suivre dans nos prochaines aventures!

13/100

垃圾桶.Poubelles. Tsé quand sont obligés de mettre une affiche (et une caméra dans la salle des poubelles au pied de chaque tour du complexe résidentiel où nous habitons) pour rappeler aux gens de déposer leurs déchets DANS les poubelles et non par terre, ça donne mal à mon bac bleu! On est loin du recyclage individuel mettons! Sur les trottoirs en ville, on retrouve plein de poubelles double, un côté pour les objets en principe destinés au recyclage, et l’autre pour les déchets, sans deuxième vie (ou presque). Malgré que cela soit clairement identifié, « bilinguement » en plus!, rarement les étiquettes sont respectées, les passants laissant leurs traces là où ils veulent! Je vous avoue que mes premiers mois à Beijing, je gardais tous mes pots de vitre dans une armoire, mais bon finalement je me suis résignée à les jeter aux vidanges, car j’avais pas envie de devenir une maison de verre. Pour le carton par contre, y’a des tit-monsieurs à tricycle qui font la tournée quotidienne des poubelles et récupèrent des piles et piles de cartons qu’ils revendent pour des peanuts à des compagnies de recyclage. Quand je regarde le camion de vidanges passer, j’ai ben ben de la misère à croire qu’au bout de la chaîne, y’a qqn ou qqch qui trie ce qui est recyclable au travers des tonnes de déchets disons mouillés… Depuis que je vis à Beijing, je rêve souvent à mon bac bleu, mon bac noir et mon bac vert, no joke! Je m’ennuie même de Gaston, mon tit-bac à compostage. C’est un sujet qui franchement me tracasse au quotidien ici. Trois ans plus tard, j’ai hâte de voir ce que nous pourrons faire de vert dans notre prochaine maison! À suivre. 


12/100

Macarena chinois. Sortir dans un club en Chine vaut souvent le cover à 20$, juste pour admirer les danseurs à gogo, le jeu de lumières (et de fumée) tout en buvant de l’alcool cheap (sinon frelaté). Mais le plus intéressant est d’observer les jeunes chinois en sweat pants évachés sur leur banquette VVIP agrémentée de brochettes de fruits, tous branchés sur leur smartphone, à l’air déconnecté voir blasé, sans probablement même se rendre compte qu’il y a du gros boom boom qui joue dans le piton et des russes qui se dandinent en bobette à deux stepettes de leurs faces. Pour d’autres, le dance move est plus sérieux! Ils s’exercent à faire une chorégraphie on repeat comme s’ils passaient en audition à So you think you can dance China?! (Voyez par vous-même dans l’extrait partagé sur mon Instagram via @queenadaobi!)

11/100

1-2-3-5-6-7-8 Violette à bicyclette! Ben oui! Ya un numéro manquant dans les ascenseurs. Parce que le chiffre 4 (, sì) en chinois se prononce pareil (sans être le même caractère) comme le mot mort (, sǐ). Donc ça porte malheur selon les chinois qui sont très superstitieux. Je me suis toujours demandé comment celui qui prend les escaliers et celle qui prend l’ascenseur se retrouvent-ils au même étage?! Un coup de Serendipity peut-être (comme dans le film du même nom!)? En tk ça fait réfléchir… d’ailleurs c’est un bon thinking game quand on est dans la dite ascenseur pour éviter tout eye contact avec les autres passagers de la ride, une variante au lieu de fixer l’afficheur numérique annonçant l’étage en cours.


10/100

白求恩 Bái Qiú’ēn. Dr. Bethune. Je vois déjà dans ta face: “C’est qui lui?!”. Va sur Wikipedia! Dès la première fois que je suis débarquée en Chine (2011), et que je me suis présentée comme étant Canadienne, la première chose qu’on m’a dit c’est : Awwww Dr. Bethune?!?!… Et ce petit dialogue en guise d’intro s’est répété des centaines de fois par la suite et même encore aujourd’hui. Dans d’autres pays on se fait plutôt dire Awwww Céline Dion!!! Ou Awww (insérer mention de l’un de nos 2 Justins)!! Mais en , on a d’yeux que pour Bái Qiú’ēn! (ouin faut dire que nos 2 Justins y ont pas trop la cote ces temps-ci!) Le gars a sa statue, – que dis-je plusieurs statues, sa peinture avec Chairman Mao – que dis-je plusieurs peintures avec Chairman Mao, son musée – que dis-je plusieurs musées, et même l’hôpital militaire à son nom, et il fait partie des manuels d’histoire enseignée aux jeunes chinois! Tu te demandes tjrs c’est qui lui?! (Google-le!) Définition fournie par l’app Pleco, dictionnaire chinois: “Norman Bethune (1890-1939), Canadian doctor, worked for communists in Spanish civil war and for Mao in Yan’an, where he died of blood poisoning”. En novembre prochain, cela fera 80 ans que ce tout premier médecin sans frontières est décédé. Hélàs, je ne serai plus là pour les commémorations en Chine ni pour retourner prononcer un discours en chinois devant 200 militaires à Shijiazhuang cachée derrière un giga bouquet de fleurs (voir photo à l’appui!)!! 

9/100

Featuring a guest #chinoiserie. Haha a fellow Canadian #expat in #Shanghai reached out last week because she just heard about my #100DaysofChinoiseries series and thought I would appreciate this one… indeed!! “I have an immersion blender from China and meant to plug in no problem here and yet somehow it will ONLY plug into the one socket in my master bathroom” Ps. Living in #China? Feel free to reach out with your own chinoiseries as well – all submissions accepted! 

8/100

Chinglish T-Shirt/Sweater/Jacket/Cap/alouette. If you walk in the streets of Beijjng, you can easily spot one of those funny phrases (often misspelled naively or on purpose (je leur donne encore le bénéfice du doute…)) proudly exhibited on a Chinglish T-shirt! Parfois même de jeunes enfants portent des gilets au slogan douteux du genre “Too Drunk to Fuck”. Bien évidemment, le 3/4 du monde ne connaissent même pas la véritable signification du language affiché sur leurs habits! Une chance… 

Categories: Adaobi, Chine, Chinoiseries, Expat, Uncategorized, Voyage | Tags: , , , , , , , , , , | Leave a comment

#100DaysofChinoiseries in celebration of #mylast100DaysinBeijing!

The countdown is real! Our adventures in Beijing are coming to an end in about 100 days! And to celebrate & remember our Beijing life for the last three years and a half, every day till my departure I’ll be sharing a picture of one of my favorite #chinoiseries, something about Beijing & China that I will miss… or not!

(You can also follow the daily countdown on Instagram, via @queenadaobi & #100DaysofChinoiseries #The100DayProject #mylast100DaysinBeijing)

In no particular order, let’s start the series of my #100DaysofChinoiseries!

7/100
Water tank. Every year, on our Diplomatic Residential Compound, a couple days during the Fall and about 10 days in the Spring, they usually cut hot water for heating pipes maintenance. That means we have to use the electric water heater installed in our bathrooms. In reality, one morning out of three, especially these past few months, we just don’t have hot water and we use these tanks, which are really handy. Then, last week, we received a notice that we won’t get hot water
 until August 2 due to a major heating pipes renovation. Beijing Heating Group is supposed to provide hot water with temporary equipment during that time but if water in our regular shower is still not warm enough, we will have to use our electric water heater until we leave China. The trick: don’t forget to turn it on at least 30 minutes prior to taking your shower… otherwise you may get a cold surprise ! If you ask me? I still prefer to take showers à l’africaine (with the bucket)!

6/100
Hutong Door Knobs. I have a huge fixation on those. To me, they represent a big part of the Beijing story. I’ve probably taken hundreds of pictures of red doors with golden dragon knobs from hutong strolls over my three years here. Every time I’m thinking what if I ask the house owner if I could buy his door?! I know if you translate this in a Canadian context that probably sounds like a very strange thing to do (even in a Chinese context some could argue!)… How cool would it be to have an authentic Beijing hutong door in our house in Ottawa, or at least in our backyard?! I have about three months left to accomplish this mission! Stay tuned!

5/100
煎饼。Jianbing. Crêpes chinoises. Probablement le ptit déj de rue le plus populaire en Chine et ton 5-8 kuais le mieux investi (1-1.50$!). Parfois faites dans un ptit stand portatif monté à l’arrière sur un vieux semblant de vélo sur le coin d’une rue achalandée, ou au morning market où qu’on achète nos légumes entouré de locaux. Si populaire, qu’on doit souvent faire la file pour commander! Ingrédients spéciaux? Une crêpe mince avec farine et œufs garnie d’un cracker frit, onions, échalotes et feuilles de salade et badigeonnée d’une sauce épicée ou hoisin (au choix du client!). Délicieux snack! Autre qu’au ptit déj, la jianbing se déguste également très bien à d’autres heures de la journée ou de la nuit… même après un happy hour bien arrosé! Scoobidoo m’a d’ailleurs déjà conduite quelques fois au stand à jianbing au coin de la rue de chez moi juste sur deux roues… À essayer la recette maison!

4/100
The Egg. « Quels sont donc l’IQA (indice de la qualité de l’air) & le PM 2.5 (particule polluante de l’air) aujourd’hui? » est sans doute l’équivalent chinois de « pis il annonce tu beau aujourd’hui?! » et l’une des questions favorites des expats en Chine. L’œuf, le premier gadget que j’ai acheté en arrivant à Beijing, est bien utile pour vérifier le niveau de pollution de l’air dans la maison. C’est souvent le cue quand il faut allumer les filtres à air dans le piton (et ensuite augmenter le volume de la musique, car c’est si bruyant qu’on a l’impression d’être dans un avion prêt au décollage). Quand on voit sur les apps AirVisual ou Airpocalypse que l’IQA annoncé est autour de 25 et qu’à Ottawa/Montréal c’est 35-45, ça commence bien la journée, et ça te donne même envie de donner un high five ou un free hug à ton voisin! Pour te donner une idée, c’est personnel à chacun, mais dès la barre du 100 franchie, plusieurs portent leur masque, et moi vers 150, je commence même à y goûter. Et évidemment, quand tu ne vois pas l’édifice d’en face c’est généralement un autre indicateur que le niveau du PM 2.5 dans l’air est sûrement élevé! On prie alors pour un grand vent qui balayera le ciel brun et lui redonnera son bleu santé. (L’IQA est présentement à plus de 500 à cause d’une tempête de sable qui approche!)

3/100
长城。The Great Wall. Qui dit Chine, dit sûrement baguettes … et la Grande Muraille de Chine. Heureuse de lavoir vu enneigée, sous un ciel bleu, sous un ciel très pollué, sous la pluie, dans le vent, sans rebord, en boitant, non restaurée, comme décor de vie de chalet. 4 brèves visites à Badaling en 2 semaines pour le boulot aka un photo op du PM Trudeau. 1 visite à Mutianyu avec Bro pour une mini bataille de boules de neige sur le mur enneigé. 1 visite à Gubei Watertown avec papa, maman & Chéri, un peu dans le vent et sans rebords! Et aujourd’hui, de retour à Mutianyu avec les cousins et descente en toboggan pas aussi vite que les premiers essais de l’équipe de bobsleigh de la Jamaïque. As one of Chairman Mao Zedong’s poem says: He who has never been to the Great Wall is not a true man (不到长城非好汉)!

2/100
发票。Fapiao. As a diplomat in China, I can get tax refunds. Every three months or so, we are running around our favorite grocery stores to collect fapiaos for our accumulated xiaopiaos (invoices). For this, I prefer to use my Chinese name 马丽安 (Malian). As you can imagine, spelling them the full Marion St-Cyr Lachance can sometimes create a bit of confusion aka lost in Franco-Chinglish translation.

1/100
外卖。Food Delivery. Lunch time with my salad & smoothie from @Mokabros delivered at work by JSS in this colourful paper bag that I usually repurpose in my creative space. Beijing has a few healthy gluten free options that I will definitely miss. Having a variety of restaurants on the English delivery app was a big bonus in comparison with the way fewer & rather more on the fast food type delivery options offered in Ottawa when I left in 2016.

Categories: Chine, Chinoiseries, Expat, Uncategorized, Voyage | Tags: , , , , , , | 3 Comments

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: