#100DaysofChinoiseries continue!

Plus d’une soixantaine de jours à Beijing! Pour célébrer et se remémorer notre vie pékinoise depuis les trois dernières années et demie, j’ai envie de partager avec vous mes chinoiseries préférées, quelque chose typique de Beijing ou de la Chine qui me manquera… ou non!

(Vous pouvez également suivre le décompte sur Instagram, via @queenadaobi & #100DaysofChinoiseries #The100DayProject #mylast100DaysinBeijing)

Voici donc la suite des chinoiseries, sans ordre particulier.

21/100
Mobike. Le cousin chinois du Bixi, aujourd’hui emblème du paysage pékinois. À mon arrivée à Beijing en 2016, ces vélos oranges commençaient à envahir les rues et les trottoirs, et, fidèle au concept chinois de la copie, cela n’a pas pris longtemps que vélos jaunes, bleus, rouges et blancs, et même arc-en-ciel apparaissaient également! Comment ça fonctionne? C’est simple… une fois que tu as l’app, que tu as downloadé ta photo de toi tenant ton passeport, et déposé 300 kuais (60$). Il suffit de repérer le vélo le plus proche, optionnel : vérifier la sonnette, le frein et l’alignement du guidon et des roues…, installer sacoche ou caniche ou passager dans le panier, scanner le QR code, ajuster le banc à hauteur de grand blanc, enlever le pied et hop c’est parti! Siii pratique!! 1 ou 2 kuai la ride, ça garde les mollets en forme, et comme Beijing est plat plat plat, pas de côtes à monter ni besoin de changer de vitesses. En plus, à Beijing, il y a la ‘’fulu’’, voie de service où vélos et scooters co-roulent en ‘’harmonie chinoise’’…, donc, en théorie, facile de dépasser le trafic et se rendre à destination sans trop de retards. Me voici lors de ma première ride de Mobike, cela faisait déjà quelques années que je n’avais pas pédalé disons! 


20/100
砍价. kǎnjià. To bargain. D’emblée, je déteste bargainer, encore plus le jeu de la calculatrice. Ce match de ping pong 🏓économique m’étourdie, je sors de là épuisée. Toutefois, j’ai fait du progrès depuis mon arrivée, mais c’est rien comparé à Jay qui a ça dans le sang! D’abord, en te promenant dans les allées, il faut surtout pas toucher l’objet de ton désir, ni même le pointer du doigt. Je te confirme que faire du lèche-vitrine en marche rapide et en clignant des yeux pour tromper les vendeurs c’est essoufflant! Si tu te fais ramasser dans leur filet de pêche avec « Pengyou!Pengyou! What do you want? Gucci? Prada? Watch? », bonne chance! Souvent, ils vont même te faire le truc du lighter allumé sur la sacoche pour te montrer que c’est bien sûr du vrai cuir de top qualité. Tip: Au bout d’un certain temps à se passer la calculatrice en pitonnant le prix demandé vs le prix que tu es prêt à payer, si tu vois que ça descend pas à ton goût, just walk away, lentement. Dans 98% des cas, le vendeur va continuer à te crier après en baissant le prix jusqu’à ce qu’il dise finalement “ok ok ok Pengyou your price”. Là, ne faiblis surtout pas, il va te regarder avec les yeux du Chat botté ou faire semblant d’être très très fâché, en disant que tu es trop bon négociateur et qu’ils perdent de l’argent… bla-bla-bla. Du mauvais jeu de théâtre. Si tu quittes le kiosque en pleine négociation et que tu entends des criquets, ça veut dire que ton prix était ridiculement trop bas… pour garder la tête haute, tu peux donc passer au prochain en espérant retrouver un objet similaire et tu sauras ainsi un peu mieux la valeur du marché pour ta prochaine manche de ping-pong (remarque que tu vas peut-être entendre des criquets anyways, car en Chine certains adoptent ces animaux de compagnie chantonnants comme porte-bonheur!) Certains vendeurs t’offrent même une canette de bière ou une bouteille d’eau pendant ton magasinage, pour t’amadouer au moment fatidique de payer. Reste sur tes gardes et surtout avec les idées clairs!! Bon magasinage! Tu es enfin prêt, ou non, pour le marché de perles! 

19/100 
That break of #chinoiseries ended right on the tarmac in PUS… 3 hours delay because Beijing air traffic control said so…
 Il y a quelques semaines (déjà!), en revenant de Busan, Corée du Sud, nous avons dû poireauter sur le tarmac au départ. En fait, très rarement, j’ai décollé ou atterri à l’heure à PEK, l’aéroport de Beijing. Souvent, autre que « en raison des conditions météorologiques », pour quelques gouttes de pluie ou un gros smog aka ciel pollué, ces délais sont causés par les contrôleurs aériens chinois, ou LE contrôleur. Des fois, pour passer le temps, je me l’imagine dans sa tour de contrôle, assis avec sa tite calotte de capitaine… (je vais m’arrêter ici et je vous laisse vous l’imaginer aussi)… Même après 3 ans, je ne m’habitues tjrs pas et je m’impatiente trop facilement quand je suis pognée dans cette chinoiserie. Tant de précieux temps perdu! Du temps de plage ou de vino/bouffe en moins! Pouvons-nous agrandir le ciel chinois svp?!

18/100 
红包. hóngbāo. Enveloppe rouge. Ce don d’argent, élément clé dans la tradition chinoise, amène chance & prospérité. À chaque année, au nouvel an chinois, on s’en donne et on en reçoit à profusion dans notre entourage, autant familial que professionnel. Le montant donné est généralement en lien avec le rang familial et social unissant donneurs & receveurs. Si le chiffre 8 y est inclus, ça porte chance, car en chinois ça se prononce comme prospérité! Rouge l’enveloppe, car cette couleur porte également chance toujours selon la culture chinoise. Aussi populaire comme cadeau de mariage ou dans d’autres fêtes traditionnelles. Bon, il peut y avoir aussi un petit côté corruption du genre enveloppe brune… mais règle générale, les hóngbāo sont porteuses de bonheur! Plus récemment, on s’offre également des e-hóngbāos, via WeChat (un genre de whatsapp/facebook hybrid chinois). Même en tant qu’expats, le buzz des e-hongbaos est vite contagieux et on participe à cette tradition avec plaisir en s’offrant des e-hongbaos à 0.1888$ entre lǎowài (étrangers) – de gros budgets en jeu & surtout ben du fun à les ouvrir! 

17/100
Brunch dominical avec free flow de bulles!!! La scène de restos à Beijing est très variée & surtout dé-li-cieu-se! Il y en a vraiment pour tous les goûts & les envies. De street food à boui-boui dans un petit trou caché d’un mur de briques ($), avec conditions sanitaires parfois douteuses. De lieux spectaculaires de ton assiette à l’ambiance ($$$$$). De bouffe locale à cuisines internationales. Un mélange de saveurs à travers la ville! 3 ans et demie plus tard, et quelques livres en plus, j’aurais fait de nombreuses découvertes culinaires et il en restera tant à savourer. Man man chi comme disent les chinois. (Mange lentement lentement = Bon appétit!) 


16/100
三轮车. sānlúnchē. Three-wheeled. Un tricycle à gaz! Meilleur transport à Beijing, après Scoobidoo évidemment! Peut se faufiler partout, dans le traffic, entre les autos, le trottoir, les piétons, les vélos, et alouette. Kudos aux chauffeurs agiles! Peut même y loger 3 adultes, gros popotins inclus, et nombreux sacs d’emplettes. Souvent forte odeur de gaz en prime, qui procure un petit buzz pour la durée de la ride! Certains sont pimpés comme une disco mobile, d’autres si vieux qu’on serre les fesses tout le long du voyage pour l’aider à se rendre à destination. Un peu plus cher qu’un taxi ou didi (Uber chinois) mais plaisir garanti! … sinon argent pas remis. Possibilité même de voyager en motorcade ou d’initier une course de rue dans les hutongs de Beijing! 

15/100
睡觉在Ikea. Siesta au Ikea. À première vue, le Ikea en Chine est semblable à ceux au Canada… à quelques exceptions, aka chinoiseries près. Ici, autre que la possibilité de manger tes boulettes suédoises avec des baguettes, tu peux également venir au magasin spécialement pour faire la siesta. Ou t’installer confortablement dans un des sofas en démo, entouré de coussins, en écoutant de la musique ou un film sur ton smartphone, et ce, sans limite de temps! (Tant pis pour les autres clients intéressés qui voudraient essayer la « mouelleur » du dit divan.) C’est très fréquent aussi qu’en faisant le tour des pièces de maison en démo, tu trouveras un ou deux ou trois chinois installés confortablement sous la couette, les yeux grand fermés. C’est un peu embêtant quand tu essaies de trouver le tag du dit lit. En bonne Canadienne qui n’ose pas déranger, tu passes au suivant… Si tu te le demandes, ben non, ils ne refont pas « leur » lit après leur moment de détente. Alors, les lits sont tous défaits (et quasiment en tout temps, même si les employés les refont). Cela ajoute l’effet « maison habitée » à la salle démo j’imagine! À quand une partie de mahjong à la table de cuisine Ikea en démo?! 

Categories: Chine, Chinoiseries, Expat, Uncategorized | Tags: , , , , , , , , | Leave a comment

Post navigation

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: