Posts Tagged With: Voyage

Mon premier massage chinois!

Météo & Premiers jours à Pékin
Samedi midi. Me voilà installée confortablement dans un chouette café, Baker & Spice, à Liangmaqiao, quartier bourré de diplomates & d’expats des quatre coins de la planète. Il fait -15 que mon app météo média me dit, mais je vous jure qu’avec le da feng (grand vent), le temps ressenti est probablement -72. Juste traverser la rue de mon appartement-hôtel à ici que j’avais déjà le feeling que ma face était en train de décoller, c’est peu dire! Mais pas de neige au sol, sauf la petite neige fine tombée samedi dernier et qui n’est pas restée bien longtemps. Je vous avoue que c’est un peu bizarre de se les geler sans gadoue canadienne sur les trottoirs pékinois. Mais ces jours-ci, les chinois se réjouissent sous leurs capines, car grand vent = ciel bleu = indice de pollution de l’air assez bas. Le PM 2.5 était à 25 hier, en fait probablement meilleur qu’à Ottawa ou Québec! (En guise de comparaison, lors des récentes alertes, le PM 2.5 tournait plutôt autour du 500) Et oui, vous aurez compris que les Chinois ressemblent beaucoup aux Québécois sur ce point: ils adorrrent commenter & chialer sur la météo. Et certains se moquent déjà de moi la Canadienne qui a siii frette depuis mon arrivée à Pékin.

Déjà deux semaines que je suis ici! J’apprivoise tranquillement la vie d’écolière étrangère et j’explore le voisinage. Il y a des moments que mon chinois est fort utile & d’autres que j’essaie tant bien que mal de baragouiner quelques mots pour me faire comprendre… en vain! Les hauts et les bas de la vie à Pékin.

Premier massage chinois
Après quelques jours de très courtes nuits et à souffrir du décalage, je me suis dit pourquoi pas essayer un massage chinois. On m’avait dit que cela était bénéfique pour combattre le jetlag. Treize heures de décalage je vous jure que ça rentre dans le corps. Donc, avant de partir, j’avais déniché, en fouinant sur les blogues The Beijinger & City Weekend Beijing – mes deux bibles pour pimper ma vie sociale à la pékinoise, une place qui avait l’air bien zen, Dragon Fly. Par heureux hasard, ce lieu se situe justement en face de mon nouveau chez-moi & même que certains compatriotes canadiens affectionnent particulièrement les services qui y sont offerts, incluant les manucures shellac (youppi!).

Donc, je prends rendez-vous pour un massage chinois d’une heure (environ 40$, pas si pire, non?), et je me présente à la réception après ma journée de cours. Accueil très chaleureux. P’tite musique douce, Bouddha dans la pièce, odeurs d’huiles essentielles relaxantes. Tout pour me rendre déjà zen. On me demande si je préfère un homme ou une femme. Je me dis alors ‘’humm, j’ai jamais reçu de massage de la part d’un homme massothérapeute, mais pourquoi pas y aller sans aucune condition. De toute façon, les Chinois sont pour la plupart petits, voire délicats, donc il me ferait certainement pas mal avec ses petites mains douces…’’ Ouffff belle naïveté Marion!

Les portes ouvrent. Derrière, c’est quasiment le noir total. Un chemin y est délimité par quelques pierres. P’tite musique d’ambiance. La gentille dame de la réception me dit alors, toute souriante, ‘’Miss Malian, votre massothérapeute est arrivé’’, et me salue à la chinoise (penchement de tête & mains jointes). J’ai juste le temps de me lever les yeux pour apercevoir… le sosie de Kong Fu Panda… iiiiiiii!!! Il me fait signe de le suivre sur l’étroit chemin de pierres, dans le quasi noir, à peine éclairé, juste assez pour que je discerne sa silhouette et… ses énormes mains. Une partie de moi essaie de rester relax, zen. C’est ça le but d’un massage, non? Mais, disons que mon Hamster #Gratitude se fait aller fullspin dans sa roulette… (Il m’amène où? Il va me faire mal c’est certain. Est-ce que je vais être courbaturée pendant des semaines après? Et alouette)

Kong Fu Panda, qui ne parle pas vraiment anglais, me fait entrer dans une petite pièce toute aussi peu éclairée et me montre un bout de tissu sur la table à massage. Je comprends qu’il veut que je me couvre avec ça. Il quitte la pièce. Je commence à me déshabiller et là je réalise que ce bout de tissu est en fait un mini pantalon et une mini chemise, un genre de pyjama chinois. J’essaie de l’enfiler, mais évidemment mon gros popotin ne rentre pas dans ce délicat pantalon, et je ne vous parle pas de la chemise. Tout le long, je sens la présence de Kong Fu Panda derrière la porte de bambou. Alors, la poitrine un peu dévêtue, j’ouvre la porte et je lui montre que visiblement on a un problème de costume.

Embarrassé, il disparait dans le noir sur le chemin de pierres, et revient quelques instants plus tard avec un plus gros morceau de tissu en lin. Il referme la porte. Clairement, Kong Fu Panda n’a pas pris de chance cette fois-ci, et m’a apporté le kit de sumo. J’enfile le pantalon de lin brun 2XL, l’attache à double tour, et j’essaie ensuite d’attacher la blouse beige 2XL du mieux que je peux, mais hélas, je n’arriverai pas à me dissocier du look ‘’Jute à patates Costco style’’. Kong Fu Panda revient dans la pièce et m’indique de m’étendre sur le ventre. Évidemment, j’ai le fou rire depuis les 10 dernières minutes, soit le moment où on m’a présenté à mon massothérapeute. Ça promet pour la prochaine heure. Il me couvre d’une couverte et… place à mon premier massage chinois!

Mes premières boules chinoises…
Kong Fu Panda commence d’abord par me masser le dos et le cou (la seule partie de mon corps qui n’est pas ensevelie sous ma jute). Tout le long, j’essaie de me détendre, et à la fois d’anticiper ces mouvements. Cela procure d’étranges sensations de se faire masser par dessus un tissu de jute à patates je vous le confirme. Sinon, les premières minutes, ça se passe plutôt bien, que je me dis. Je reconnais un peu la façon habituelle d’un massage suédois. Je commence alors à me détendre. Et bang, il commence à me masser les fesses vigoureusement. C’est clair que la circulation sanguine de mon popotin se réjouit! Je le sens très proche de moi. Et soudain je sens quelque chose dans ma main. Je n’arrive pas trop à saisir c’est quoi. Ben nooon! Je réalise alors qu’il s’y est accoté les boules chinoises. Iiiiii j’essaie de retenir mon fou rire… (C’est bel et bien un massage PG je vous rassure! Tous ces gestes n’avaient rien de sensuel, au contraire c’était plutôt dry – on se rappelle que je suis sous une jute de patates après tout. Mais quand même, ça surprend mes premières boules chinoises!)

Le massage continue. Il me demande si je suis ok. Je murmure un oui surement peu convainquant, la face toujours écrasée dans la table à massage. Voilà qu’il s’installe derrière moi et me plie la jambe sur le dos. Moi qui ai zéro flexibilité mettons que je n’apprécie guère le mouvement brusque. C’est probablement le cing minutes le plus awkward du massage (oui même plus qiguai (weird) que la passe des boules chinoises). Et bien sûr, il recommence ensuite avec l’autre jambe. Oufff. Il enchaine avec le massage du cou et me demande de me tourner sur le dos. J’essaie de garder les yeux fermés. Il me souffle dans la face et renifle bruyamment durant les derniers instants du massage. Fort agréable!

Soudain, il arrête et me dit ‘’ok la’’. Je comprends que c’est fini. Il sort et je me rhabille. On refait ensuite le chemin contraire dans le quasi noir sur le chemin de pierres vers la sortie. Il m’offre un p’tit verre de thé et me regarde le boire attentivement.

Moi même embarrassée, je lui souris et je quitte les lieux. Quand même relaxée, avec un regain étrange d’énergie. Moi qui pensais que cela allait m’aider pour combattre le jetlag et bien cette nuit là, j’ai à peine dormi deux heures…

Détendue, je me dis donc pourquoi pas essayer une troisième tentative de faire mon épicerie. Je suis ainsi sortie du supermarché d’expats archi-cher avec une bouteille d’eau, des p’tites tomates & une canne de thon. Un bon début. Mais deux semaines plus tard, mon frigo est toujours vide. Il fait siii froid que j’ai pas trop envie de sortir dehors avec mes sacs de courses, alors je continue d’explorer les restos du coin, aux saveurs chinoises ou occidentales, en attendant le retour des beaux jours.

Voilà pour ma première expérience de massage chinois! Vais-je y retourner? Bien sûr! Avec Kong Fu Panda? On verra. 🙂

 

 

 

Categories: Chine, Chinoiseries, Expat, Voyage | Tags: , , , , , , , , , , | 2 Comments

Raisons de plus d’aller visiter (ou revisiter) Ayiti Cherie!

En janvier 2014, j’ai publié un Top 14 (en 2014, la pognes-tu?) des raisons pour aller visiter ou revisiter Ayiti Cherie au cours de cette année là!

Depuis sa parution, je le re-sors souvent des boulamites! Parfois pour des collaborations, souvent par nostalgie! Étant Fanatik Ayiti 110% assumée, j’adorrre me remémorer ces raisons & mes aventures en Haïti, et surtout les partager dans la communauté virtuelle. À mon retour du voyage de #2FillesauKanaval, j’avais d’ailleurs écrit un billet condensé de nos péripéties sur trame de fond Revient-on vraiment d’Haïti?, car même encore aujourd’hui, ma tête & mon coeur planent toujours quelque part au-dessus de mon Ile chérie.

Alors quoi de mieux comme remède que de continuer à promouvoir la Perle des Antilles & ses richesses, et ainsi surfer perpétuellement sur ma vague haïtienne. (ouep, vous pouvez lire entre les lignes que j’ai pas vraiment envie de guérir de mon Haitian blues!)

Donc, le revoici, mon Top 14, un peu pimpé & intemporel: 14+ agréables et savoureuses raisons de débarquer en Ayiti cette année! (en ordre ou dans le désordre):

1-Les cocotiers – Pour nous gens du Québec, du Canada, du Pôle Nord, ces arbres sont siii exotiques, à la simple vue du premier, on se sent déjà en vacances! Et que dire d’une gorgée d’eau de coco (Dlo Kokoye souple!), qui selon certains grands sages ayisiens, aurait des propriétés mystérieuses…

2-La plage & sa mer – Que ce soit sur la Côte des Arcadins, au Cap Haïtien, à Labadie, ou dans le sud, vous serez servis! Il n’y a rien comme s’étendre sur la plage en regardant le bleu turquoise de la mer ou se laisser bercer par ses vagues pour décompresser. Je dirais que cela représente mon ‘’ne rien faire’’ le plus sympathique et satisfaisant. Pour les plus aventureux, vous pouvez également vous gâter avec une excursion en mer!

Vous avez déjà entendu parler de l’Ile-à-Vache? Gâtez-vous et allez donc googler un instant! Je vous parie que cela va vous donner le goût d’enfiler votre bikini et de vous envoler sur le prochain vol vers Haïti! (je vous suggère par contre de vous couvrir d’un tit paréo, car en vol le climat n’est pas trop tropical! 😉 )

3-Les balades en taxi-moto & taptap les cheveux ou l’afro dans le vent – Moyens de transport très peu coûteux et fort sympathiques. Mention spéciale aux balades en taptaps qui sont tellement pleins qu’il faut faire une partie de Twister pour y entrer, sous les rythmes de Klass qui jouent dans le piton. Profitez-en donc aussi pour faire un photo-shoot sur un taxi-moto – des heures de plaisirs assurés!

20140106-163847.jpg

4-Les fruits de mer (langouste grillée et lambi au top de la liste) – Amateurs de fruits de mer, en sauce créole ou grillés, vous serez servis! Certains grands sages ayisiens vous diront aussi que le lambi aurait des propriétés mystérieuses…

20140106-163831.jpg

5a- Le Cabrit – Bah cela serait à peine exagéré si je vous disais que c’était l’homme de ma vie!

5b-Le griot – Bah y goûter, c’est l’adopter!

6-La musique & le kompa – Un, deux, trois, Chachacha! Ben non Marion, suis le rythme et ton cavalier et laisse-toi aller! T-Vice, Carimi, JBeatz, Tropicana, Klass, Zenglen, Zin, Kreyol-la, alouette, live sur une scène c’est siiii plaisant y danser! Libre à vous d’y aller pour 3 carreaux, 1 carreau ou le demi.

7-Le Kanaval & les innombrables soirées dansantes – (pour les techniques de danse, relire #6) Pour ma part, j’ai eu la chance entre autres de me trémousser sous la musique de Tropicana lors des célébrations entourant leur 50 ans en août 2013, et aussi de participer au Kanaval aux Gonaïves en mars 2014, expérience mémorable pour #2FillesauKanaval!

Parlant de soirées dansantes, les jeudis soirs à l’Hotel Oloffson de Port-au-Prince sous les rythmes envoutants du groupe de mizik rasin RAM, ça vous dit quelques chose? Je n’en dis pas plus… Venez danser!

8-Le Morne Pilboro et autres paysages montagneux à couper le souffle – Relisez ma traversée du Morne Pilboro, assurez-vous de faire le plein d’essence, et hop! partez à la rencontre de cette fameuse montagne, en route vers le Cap Haïtien, au nord du Pays!

20140106-170046.jpg

9-Les lieux touristiques & historiques – Les sites tels que La Citadelle*, Le Palais Sans-Souci, Le Musée du Panthéon national haïtien, L’Observatoire, et plusss encore valent certainement une visite pour en apprendre d’avantage sur la riche histoire et culture de la Perle des Antilles ou encore y découvrir et admirer sa beauté sous différents angles.

*MAJ: Bien heureuse d’apprendre qu’en septembre 2015, la Chine & Haïti ont signé un protocole d’accord concernant la construction de nouvelles infrastructures au pays, incluant une liaison entre La Citadelle et Labadie par câble téléférique!!!

20140106-163902.jpg

20140106-163908.jpg

10- L’art haïtien & ses nombreux marchés d’artisanat – La Perle des Antilles est bourrée de talents! À voir: les masques en papier mâché de Jacmel, l’art en métal de Croix des Bouquet, les toiles & autres produits d’artisanat exposés en bord de mer ou en bord de rues (bonus: idéal pour agrémenter son temps quand on est pris dans un de ces fameux blokus). Une visite dans un marché vous permettra de dénicher de magnifiques souvenirs de voyage et ainsi encourager les artisans locaux. Vous pourrez même pratiquer, voire améliorer, vos techniques de négociation.
*Petit conseil de bargaineuse pourrie: Il faut s’armer de patience et jouer le jeu. Certains acheteurs préfèrent avoir l’air indifférent, d’autres sortent la carte Zanmi’m. Reste à vous d’adapter, de personnaliser vos techniques. Et Que le meilleur gagne! Quant à moi, j’ai choisi la technique: Bois ta Prestige byen glace…

11a-La bouffe ayisienne & ses mets traditionnels (riz djon djon, bouillon, legume, soupe joumou (giraumon), marinad, fritay, royal, pain patate, alouette) – Mes papilles gustatives roucoulent en lisant cette raison. D’ailleurs je songe souvent à me faire tatouer #TEAMPIKLIZ… Le mélange de saveurs et d’épices ayisiennes est divin. Il n’y a pas de doute que la cuisine ayisienne est concoctée avec Amour! Goûtez-y! (Comme ça, on sera au moins deux à aller au Salon de tatouage…)

11b-Les délicatesses & autres produits-spécialités haïtiens – Insérez ici: Café Rebo, beurre d’arachides Mamba, confiture de chadèque ou corossol, canne à sucre, extrait de vanille, huile de ricin (Lwil maskriti), vetiver & alouette. Certainement à découvrir, si c’est pas déjà fait!

Quel plaisir pour tous nos sens de se balader au Marché, je pense ici au Marché de fer du Cap Haïtien par exemple, pour faire la razzia d’épices & autres spécialités haïtiennes! Peu importe où je me retrouve, j’adorrre errer dans les marchés! C’est idéal pour prendre le pouls d’une destination & de ses locaux.

12-Le soleil tropical & la chaleur tropicale – Se prélasser sous le soleil ayisien en s’essuyant 2-3 gouttes de sueur sur le front pendant que nos proches se gèlent la couenne à -30 en faisant la split sur les trottoirs glacés, avouez que c’est tentant! 😉 (oui maman, j’ai fait mes provisions de crème solaire et oui maman, je vais toujours rester bien hydratée)

20140106-163814.jpg

13a-Les belles femmes – J’ai fait un voxpop auprès de la gente masculine ayisienne de mon entourage et on m’a souvent donné cette raison. Messieurs, je vous laisse aller juger de vos propres yeux! 😉

13b-Les beaux hommes (ok faut être juste et équitable ici) – Mesdames, je vous laisse donc aller juger de vos propres yeux! 😉

14- La Prestige byen glace, le rhum Barbancourt & le Crémasse – Les plus difficiles à convaincre argumenteront que la Prestige et que même le rhum Barbancourt 3 étoiles sont maintenant disponibles dans plusieurs succursales SAQ au Québec* et qu’ils connaissent tous une formidable grand-mère ayisienne ici qui fait un délicieux crémasse maison. D’accord, je vous l’accorde. Mais il n’y a rien qui bat de savourer un de ces breuvages à la source même, au cœur d’Ayiti. Allez essayer! Ça ne goûte pas pareil, je vous le jure!

*MAJ: On retrouve maintenant LS Cream Liqueur dans certaines SAQ au Québec (de Alma à Sorel, mais pas encore en passant par Gatineau – snif! snif!), une boisson inspirée de la recette traditionnelle du crémasse de la Perle des Antilles. Grâce à mes pushers à Québec (mesiii!), j’ai réussi à mettre la main sur deux bouteilles et ainsi savourer ma boisson préférée. Verdict d’une Crémasse Addict: C’est bon!! J’ai apprécié le goût & le mélange des épices qui font rêver à Ayiti Cherie, quoique je dois avouer que la texture plus consistante habituelle me manque. Oh mais croyez-moi, je n’aurai aucune misère à vider mes deux bouteilles, seule & avec zanzi’m, sur glace ou pour crémasser un cocktail, particulièrement dans le creux hivernal.

Donc, je me répète: il n’y a rien qui bat de savourer un de ces breuvages haïtiens à la source même, au cœur d’Ayiti. Allez essayer! Ça ne goûte pas pareil, je vous le jure!

20140106-170052.jpg

20140106-170112.jpg

20140106-165514.jpg

Bonus 15- Le Vaudou, sa danse & ses cérémonies! – Je connais un Richenord qui ne serait sans doute pas d’accord (bravo pour la rime Marion!), mais assister à une cérémonie de Vaudou est sans aucune doute une expérience des plus excitantes! Danser aux sons des tamtams en donnant une offrande aux esprits et en pensant fort fort à son vœu ou sa requête le plus cher est disons surréel, et même magical à la Luc Langevin. (bon ok ici j’ai vulgarisé le phénomène en quelques mots, mais pour ceux que ça intéresse ou intrigue, son histoire est fascinante, faites votre recherche et vivez votre propre expérience Vaudou!)

20140106-170300.jpg

Voilà! Vous êtes convaincus?

En tk, c’est avec ça que j’ai convaincu ma complice de voyage qui m’a accompagnée pour le Kanaval de Gonaives en mars 2014! Elle était aussi excitée que moi à l’idée de sortir nos paillettes et de danser aux rythmes ayisiens et de se prélasser sur la plage comme ces deux Prestiges ici bas, les fesses dans le sable chaud sous les palmiers. (Scuse-moi Marisse de te comparer à une Prestige, mais c’était pour l’exercice de visualisation positive avant les aventures de #2FillesauKanaval en Haïti!)

20140106-162714.jpg

Peu importe la raison qui vous amènera en Ayiti dans les prochains mois, chers zanmi’m, je vous souhaite une escapade des plus divertissantes & enrichissantes! Ramenez-nous vos souvenirs et partagez-nous vos coups de coeur!

Bon voyaj! 😉

Categories: Haïti, Voyage | Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments

Mon défi littéraire – Saison automnale 2015

Octobre 2015, Ottawa – par une nuit automnale, lors d’un de mes fameux épisodes d’insomniaque, en fouinant sur Facebook, voilà que je fais la découverte d’une page présentant un défi d’écriture qui pique ma curiosité et surtout ravive la flamme d’écrivaine en moi.

Inspirée & motivée à nouveau (enfin! youppi!), je décide de m’y lancer & surtout de me replonger sérieusement dans la réalisation d’un de mes Grands Rêves. En bref, le dit défi consiste à écrire une nouvelle de 50 000 mots en l’espace d’un mois, avec le support virtuel des membres de cette page. Mon emploi du temps actuel ne me permettant pas de consacrer de longues heures pour satisfaire ma passion de l’écriture, j’opte plutôt pour personnaliser ce défi littéraire selon mes envies, et je décide donc de l’adopter à mes propres besoins. Après tout, l’important pour moi c’est de retrouver ma plume, et ce, peu importe mon environnement incertain actuel & les 1001 facteurs hors de mon contrôle & excuses bidons-ou pas, justifiant-ou pas, ma page trop blanche des derniers mois.

C’est ainsi que je me lance le défi #écrireauquotidien, ne serait-ce que l’instant d’un billet pour mon blogue, d’un chapitre pour un de mes projets littéraires, de notes ou mises à jour dans le Carnet de mes envies (autre projet littéraire dont je vous parlerai en temps opportun), ou encore d’une chronique pour une collaboration.

Malgré que j’adorrre (et que bien évidemment je continuerai à le faire, #SocialMediaAddict oblige) publier quotidiennement des statuts Facebook, partager des articles sur ma page Facebook de voyage Adaobi Savannah ou encore publier des photos de voyage en #TBT sur Instagram & Pinterest, ces billets ne seront pas considérés comme réalisations du défi #écrireauquotidien. Faut quand même un minimum de challenge, hen?!

Sachez toutefois que ce défi #écrireauquotidien ne veut pas dire que je publierai mon nouveau contenu à tous les jours, surtout si j’ai consacré ce temps d’écriture sur un passage d’un de mes projets littéraires (ben quoi, faut que je garde un peu de mystère 😉 ), mais bon peut-être que je vous chicoterai avec une photo Instagram en pleine séance d’écriture, ou encore que j’en profiterai pour vous révéler un ou deux extraits en primeur, et du même coup récolter vos commentaires (oui je prône le lecteur actif!)!

Ouff! Cette nuit-là, disons que mon hamster a pédalé fort! Un flot d’inspirations d’écriture m’a envahit, et cette fois-ci je n’ai pu résister à la tentation divine. J’avoue que j’aurais bien aimé dompter ce dit hamster pour qu’il puisse non seulement pédaler, mais à la fois jeter par écrit toutes ces pensées (ben quoi, j’aurais pris de l’avance!). Oui, je sais je suis un brin paresseuse (oui oui, cet aveu fait partie de la catégorie : excuse bidon).

Ce n’est pas la première fois que je réponds activement à mon hamster écrivain. En juillet 2013, alors à l’aube de mon premier départ vers Ayiti Chérie, j’ai finalement lancé mon blogue de voyage Adaobi Savannah, écoutant la tite voix en moi qui me pousse depuis si longtemps à combiner écriture & voyages et ainsi partager mes péripéties de jetsetteuse avec mon entourage & la communauté virtuelle, craquant de la sorte sous la pression amicale de mes amis m’encourageant à poursuivre l’écriture de mes aventures.

Zebras - Adaobi Savannah

Alors, tranquillement assise sur Léopold (lui c’est mon divan, pas de panique je ne me suis pas encore lancée dans l’écriture de récits érotiques, quoi que…), sirotant latte nespresso au lait d’amande, Kompa dans les oreilles (pour les habitués d’Adaobi Savannah, vous reconnaissez sans doute ici mon contexte d’écriture habituel), c’est donc aujourd’hui que mon défi #écrireauquotidien commence!! (avec objectif quantitatif pour les amateurs de chiffres: #50000mots)

Si jamais vous avez des suggestions ou avez envie de lire mes écrits sur un sujet en particulier, faites-moi signe! Il me fait toujours plaisir d’échanger avec vous!

Bon weekend et surtout je vous souhaite une agréable Action de Grâces avec vos proches! #gratitude*

*Ah ben Eureka! Je viens de trouver le nom du dit Hamster, coupable de mes envies d’écriture : ‘’#Gratitude’’ Mesiiii!

Comptage officiel: #Jour1 #1090mots (680 mots dans ce billet & la balance dans mon plan littéraire pour projet d’écriture #1… à suivre!)

Categories: Adaobi, Coups de coeur, Voyage | Tags: , , , , | Leave a comment

C’est le temps des vacances! Voyage à l’horizon!

Voilà près de cinq ans déjà que je n’ai pas mis les pieds sur le Vieux Continent. La dernière fois remonte à une courte escapade à Paris le temps d’un weekend de folies entre copains! Pour les vacances estivales 2015, l’histoire se répète semblablement, mais cette fois-ci dans une destination que je n’ai encore jamais visitée! (Note au lecteur : pour ceux qui savent lire entre les lignes, eh oui! mes prochaines aventures à l’haïtienne ont été reportées de quelques mois, pour ainsi me permettre de profiter de cette opportunité européenne!)

Donc, c’est avec beaucoup d’excitement que la semaine prochaine je m’envolerai pour des contrées lointaines! Cette fois-ci, aux côtés d’un nouveau* complice de voyage (*c’est pas parce qu’on n’aura pas essayé avant… wink wink 😝 )!

Avec mon complice de voyage, bien heureux d'avoir réservé!

Côté planification de voyage, je dirais que ce coup-ci est exception. Le billet d’avion a été acheté d’avance, un samedi! (mise en contexte : ok il faisait beau & le vino était bon … photo à l’appui), les sièges déjà réservés, de même que le chauffeur et voiture privée avec la pancarte pis toute qui nous attendra à l’aéroport (quand on va débarquer digne des Kardashian, avec nos teints pâles & grosses lunettes de soleil étampées dans face pour cacher nos yeux rouges de manque de sommeil et/ou d’abus de vino en vol), chic hôtel réservé, visite du parlement réservée, etc. etc. Pour le reste, je suis pas inquiète que les imprévus nous gâteront!

Petite valise ou grosse valise?! Là est la question! Pour un court – mais oh j’imagine intense – séjour de 4 jours dans les Europes, on apporte quoi? Comme toujours, ça fait des semaines que je fais de la visualisation, et cette fois-ci, j’ai même ajouté multiples visionnements de tutoriels & Packing a carry-on 101 de Pinterest pour tenter de simplifier le processus laborieux que représente ‘’Faire sa valise’’ pour moi.

Une petite pause de chinois s’imposait, après déjà un an de formation intensive et continue. J’ai donc décidé de troquer mon dictionnaire Anglais-Chinois, et sortir celui Anglais-Allemand des boulamites (vestiges de mes années de cégep en langues il y a de ça quelques lurettes)! Qui sait, peut-être une fois replongée en immersion, quelques mots me reviendront?

Au programme de ce fabulous weekend : découvertes, art, balades, restos, vino, sport favori (lire ici people watching! 😉), alouette. Ainsi que, bien sûr, la raison principale de notre visite éclaire, soit les célébrations entourant les 30 ans d’un ami! #çaferiche

Alors, vous avez une petite idée où qu’on s’envole?!

Categories: Voyage | Tags: , , | Leave a comment

Vacances tropicales de #2Filles. Part 2.

2fillesauKanaval

Après des aventures inoubliables au Kanaval de Gonaïves en mars 2014, au grand bonheur des deux protagonistes, #2FillesauKanaval récidive!

 

Début décembre, le moment de l’année fatidique où il commence à faire froid et où nos amis Facebook s’improvisent météorologues dépressifs. Déjà écœurées de la saison froide, alors que l’hiver n’a pas encore commencé officiellement. Sans vouloir tomber dans la complainte du phoque en Alaska, une tite semaine au chaud sous les palmiers s’impose vivement.

Pourtant ayant jadis été dans une autre vie une fervente skieuse des neiges (pour faire tendance avec l’autre Reine), pour ma part, cette année j’avais bien envie d’innover pour la période des fêtes et de m’éloigner des bordées de neige, des casques de poil et des bottes Sorel quelques jours.

Noël à la Jerk

The Most Beautiful Time of the Year. La Grinch officielle des fêtes 2014 (la même que celles des éditions 2013-2012-2011-…) est donc bien heureuse à l’idée de passer un Noël vert! Bien hâte de voir ce que notre destination nous réserve pour le réveillon!

Au moment d’écrire ces lignes, à quelques 10 jours du départ, #2FillesenJamaique n’avait encore rien réservé. Vive le last minute. #2Filles a simplement envie d’aller chiller en Jamaïque. On partait de là pour nos recherches de deals. Pas trop compliqué en principe. Ya Mon.

keepcalmandgotojamaica

Puisque ma complice de voyage Marisse vivra sa première expérience de vacances en Formule Tout-Inclus, peu importe le Resort élu, je me devais de lui faire un tour guidé des hauts & des bas du All Inclusive Style.

#2FillesauResort

D’abord, les consignes pré-départ habituelles s’appliquent. (Fouillez dans les Archives de Adaobi Savannah pour se rafraichir la mémoire au besoin)

Note supplémentaire à Marion: étant un peu trop stickée sur les gouyads à l’Haïtienne, essentiel de renouer avec le dancefloor jamaïcain. Regarder quelques tutoriels sur Youtube est donc fortement recommandé pour varier les pas & éviter de passer la semaine à faire le PogoBall Dance. (Pour les visuels, cliquez ici.)

Quand #2Filles partent en Resort dans le sud, elles amènent dans leurs valises:

– N’oublie surtout pas ta gourde Marisse! (Note: à ne pas confondre avec tes Gourdes haïtiennes (HTG) restées dans le fond de ton sac de plage). C’est l’un des meilleurs amis du vacancier sur un resort. Ça évite de nombreux aller-retours au bar de la plage et une tempête de sable dans les tits verres en plastique. Et bonus, c’est environmental friendly!

– Pense aussi à des souliers de plage, si jamais tu fais partie de ceux et celles qui ne supportent pas de marcher sur les tites roches marines.

– Bikinis (illimité). 1 pour la piscine. 1 pour la plage. 1 pour l’excursion en catamaran. 1 pour l’aquaforme. 1 pour…

– Tites robes chics pour les tenues du soir, outfit du réveillon compris. Si tu avais été un homme, je t’aurais dit un pantalon long, et peut-être un nœud papillon. (À la demande générale des restaurants à la carte)

– Pour les souliers, à part la catégorie gougounes, c’est à ta guise, mais saches que le talon aiguille dans le gazon ou le sable quand tu essaies de te sauver d’un crabe de mer sur le speed, c’est pas idéal. Tu es avertie.

– Item Fefille : Mousse magique pour les cheveux. Après plusieurs voyages dans le sud, et de nombreuses tentatives échouées, je n’arrive toujours pas à maitriser le Frisottis Tropical. Avertissement: J’abhorre donc fièrement le Brushing-de-mer.

– Pharmacie de voyage All Dressed. TOUT pour se faire croire que #2Filles combattra le vilain maringuouin avec success. Prend garde à toi Chikungunya!

– Idéalement, laisse ta banane de Bob l’Éponge à la casa. Ta chemise hawaïenne, ton one-piece Budweiser, et ta serviette de plage des Canadiens aussi. Mesi.

L’ABC du All Inclusive 101

1- Arrivée à l’aéroport : en mode repérage. On repère les gens sur notre vol dans la file d’enregistrement. On évalue #lesgens. On étiquette déjà LE clown, LE célibataire trippeux aux airs de Giligane, LA(les) gang de Monsieur-muscle-au-t-shirt-blanc-trop-serré qui ont raté leurs auditions d’Occupation Double et qui viennent prendre leur revanche en Jamaïque, LE président du Club international des Nudistes, LA présidente de l’Association mondiale des Nudistes, LE co-fondateur du Club des Textiles, LE best buddy pour nos tournées des clubs jamaïcains, TON ennemi redoutable en compétition pour la Miss Jamaica 2014, et plus encore.

2- On sourit. #2FillesenJamaique se positionne. Qui seront nous? Nos noms de Resort en tête.

3- En vol. On savoure notre tit verre de bulles un peu beaucoup excitées. On compte les chemises hawaïennes et les chapeaux de cowboy pour passer le temps. On fait des selfies up-in-the-air et des tites vidéos d’une grande importance. Et surtout, on se croise les doigts qu’on partagera pas notre swim-up bar avec le dude qui est loud et déjà soul à la rangée 14C.

4- À l’atterrissage, dès l’instant que les wheels effleureront le sol jamaïcain, n’aie pas peur, les gens vont applaudir. Tu peux aussi le faire. No jugement.

5- Arrivée à l’aéroport: on prend le pouls jamaïcain. Ya mon. On suit attentivement les consignes, en vacanciers modèles. On se dirige vers l’autobus climatisé au # correspondant à notre hôtel. En mode repérage. C’est un peu long, car on doit attendre celui qui a confondu le #3 avec le #5. Damn. C’est LE gars loud.

6- C’est parti pour une longue balade à regarder les routes de Jamaïque à travers les fenêtres teintées de l’autobus et essayer de spotter les locaux. Pendant ce temps, Madame Blingbling, qui en est à son 8e séjour en Jamaïque, ne supporte toujours pas de voir le vrai lifestyle et chiale qu’elle veut arriver à son Resort 5 **** au pc. LE célibataire trippeux aux airs de Giligane voudrait, quant à lui, demander à Bob le guide de débarquer en bord de route pour continuer le trajet en taxi-moto (on y va tout suite?). Sur le chemin, Eddy le gentil chauffeur déposera #lesgens aux différents resorts (wishful thinking).

7- Premières impressions du Resort. Tour d’horizons. En mode repérage. Buffets, bars, swim up bar. Ça ressembles-tu vraiment aux photos publiées sur Tripadvisor? Où est donc le jardinier? Cocktail de bienvenue. Clin d’œil au jardinier. Ou au pool boy. (selon le moment de notre arrivée au Resort). Notre chambre sera-t-elle près de la Discothèque? Notre balcon aura-t-il la vue sur la mer ou sur la rue principale?

8- Check-in smooth ou non. Les premiers 10 minutes c’est primordial d’aller se mettre les pieds dans la mer pour connecter avec la place (dépendamment du nombre de personnes qui aura eu la même idée que nous, on pourra faire une ronde aquatique). (Note: Bon, si ça va trop loin peux–tu me rappeler que je vais dans un all inclusive en tant que #teamtextile et non à une retraite de nudistes à l’Hôtel voisin. Mesi!)

9- S’il y a lieu, présence obligatoire à la réunion de bienvenue et de présentation des activités à 90$US l’unité. Avec le monsieur qui en est à sa 10e visite au Resort, la madame qui pose 1000 questions pis le gars qui sait tout, le cousin de Benoit notre fromager d’ici préféré. Ensuite, faudra visualiser les dites activités à 90$US qui nous intéressent et trouver un genre de Isaac, notre chauffeur adoré à Port-au-Prince, tsé un gars fiable et connaissant de son code de la route pour nous amener en excursion personnalisée. (Ptite MAJ : j’ai déjà un numéro de tél d’un potentiel clone de Isaac. Mesi Instagram et #Jamaique!)

10- L’important c’est de participer. Apprendre la tune et la chorégraphie du Resort par cœur. Aquaforme, beach volley, bingo, monter sur le stage du Resort au moins 4 fois pendant la semaine, sans compter ta participation redoutable au Miss Jamaica 2014. No pressure, mais j’ai déjà misé gros. #2FillesenJamaique represents.

11- On risque parfois de manquer le service du petit-déjeuner, alors amène-toi des barres-tendres en attendant le grill-cheese de 11h et/ou le buffet de 13h. Évidemment #2FillesenJamaique deviendra sûrement les regulars du Jerk Shack Grill! Pis pour les réservations aux restaurants à la carte le soir, faudra développer une technique pour ne pas avoir à se lever à 6h du mat.

12- Serviette de plage. Faut absolument pas la perdre pendant la semaine, sinon on perdra notre 20$US de dépôt (tsé en mode économique, c’est un détail qui compte). Pour réserver nos chaises longues au soleil ou à l’ombre, à la mer ou à la piscine, faudra aussi être stratégiques. Calculer nos rapprochements. Idéalement se faire copain-copain avec des lève-tôts.

13- Sur le vol, si on a le temps entre deux selfies et recomptage de chemises hawaïennes, faudrait aussi pratiquer nos techniques de ‘’je vais chercher des drinks (peut-être dilués, sachezle) au bar pendant que toi tu fais des sourires aux vacanciers et on alterne’’.

14- Après avoir fait le bacon sur la plage en matinée et/ou au bord de la piscine en pm (en alternance), admiré le magnifique coucher de soleil et s’être fait une beauté pour la soirée (lire ici application d’après-soleil à profusion pour cacher les coups de soleil et le look Redlobster), en route vers le stage pour le show du soir! (relire #10… no pressure)

15- Un peu cocktail, on ira ensuite faire le locomotion dans la Discothèque probablement vide du Resort, avant de partir en mission Let’s explore the Jamaican Nightlife #Jamaicanvibes…

16- And… repeat. Le lendemain, la routine du tout-inclus se répète. Imagine-toi un genre de jour de la marmotte, mais en bikini (optionnel).

Pour le reste, ben je vais laisser place aux imprévus, et te garder des tites surprises! Un peu de spontanéité va aussi faire du bien.

#2FillesenJamaique
#2Filles se répète que cette fois-ci c’est des vacances, et non un voyage à la Indiana Jones. Mais pour ceux qui nous connaissent et/ou qui se rappellent nos aventures à l’haïtienne, les paris sont ouverts! Combien de jours resterons-nous tranquilles à faire le bacon à la plage le matin, et à la piscine l’après-midi, avec comme seules interruptions, la marche pour aller remplir nos gourdes? Tiendrons-nous le coup? C’est à suivre…

Suivez nos aventures à la Jamaïcaine et notre Noël vert sur FB (Adaobi Savannah), sur Twitter ou encore sur Instagram!

C’est signé #2FillesenJamaique un peu beaucoup excitées!

Categories: Voyage | Tags: , , , , , , , | 2 Comments

10+ Things That Make Me Happy! – The Happy Challenge

I was tagged by an Instagram Friend to share 10 things that make me happy. I usually don’t reply to challenges but I thought this one was worth it! Just the thought of it made me smile!

So here are a few things that make me happy.

En visite à Toledo en avril 2006 alors que je vivais mi vida española à Madrid.

En visite à Toledo en avril 2006 alors que je vivais mi vida española à Madrid.

1- cooking with friends and a glass of wine (esp. #haitianfood & #africanfood)
2- dancing like a crazy mama on a dancefloor (esp. #zouk, #kompa & #africanmoves)
3- #TRAVELLING!
4- writing on my #travel #blog http://www.queenadaobi.com
5- reading, reading & reading
6- having great discussions with passionate people (yep, I’m a proud & active #Sapiosexual!)
7- relaxing/meditating in front of a #lake or the sea (esp. that one! #family)
8- discovering/exploring new things by myself or through the eyes of someone else
9- getting little surprises or unexpected signs of life (minus the pigeon shit on your head thing)
10- humm… did I say #travel already? 😉 (jamais assez de vitamine #voyage!)

1o+ sharing great laughs!

What about you?

I won’t tag you but feel free to also do the Happy Challenge & share the things that make you #happy! 🙂

#10happythings #bonheur #petitsplaisirs #friendship #positivity #thankful #life

ZHOUMO YUKAI (周末愉快)! Happy Weekend!!

Categories: Adaobi, Coups de coeur, Voyage | Tags: , , , , , | Leave a comment

Bonne fête Adaobi Savannah! 1 an déjà!

Image

Juillet 2013. Je me lançais (enfin!) publiquement dans l’écriture avec l’envie de partager mes aventures de voyage particulièrement à l’africaine et surtout à l’haïtienne. Ce désir qui me tiraillait depuis plus de 8 ans déjà, alors que je frôlais le sol africain pour la première fois, et qui subissait certaines pressions de mon entourage (je ne ferai pas du name dropping ici mais vous vous reconnaissez 😉 ) a finalement réussi à surpasser mes craintes, mes peurs de je-sais-quoi!

En créant mon blog Adaobi Savannah pour y partager mes coups de cœur de voyage, de bouffe, de musica, de bouquinerie et alouette, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. Une seule chose était sûre : il était plus que temps de me lancer dans cette aventure. J’aimais déjà le concept de bloguer, d’interagir avec une communauté virtuelle partageant les mêmes intérêts, et d’inspirer/m’inspirer de mon voisin-en-ligne. Étant une accro des médias sociaux, je suivais également déjà plusieurs blogueurs de voyage, de bouffe, de mode et j’appréciais me joindre à la discussion. Mon tour était donc venu!

Cette dernière année ici fût ainsi remplie de ( ), de …, d’émoticons, de selfies, de #, de RT, de #TBT, de support et d’échange virtuels, et plus encore.

ZOOM sur Adaobi Savannah
Je retire beaucoup de cette première année dans le monde du blogue. À peine revenue de mon premier séjour en #Haïti en août 2013 et que quelques billets relatant mes péripéties haïtiennes publiés, voilà qu’Adaobi Savannah retenait déjà l’attention d’une organisation promouvant le tourisme en Haïti et offrant une brochette de forfaits et services aux gens désirant (re)découvrir la Perle des Antilles.

Une heure de discussion plus tard avec le ‘’Boss’’ et il était plus qu’évident que nous partagions avec passion la même vision pour Haïti. Quelle agréable surprise! Je n’aurais pas pu souhaiter mieux comme départ dans la blogosphère. Une collaboration est née et ne cesse d’évoluer depuis. Une association qui d’ailleurs bientôt fêtera également son premier anniversaire. Quel plaisir de bloguer avec Zoom sur Haïti et de partager au quotidien ma passion pour Haïti avec la communauté de ZOOMEUSES et de ZOOMEURS.

Avertissement : phrase cucue à l’horizon – C’est un plaisir infini de graviter au sein d’une équipe si dévouée et qui travaille avec brio. Au fil des rencontres, des présentations et des diverses activités où nous zoomons sur Haïti, j’y fais le plein d’énergie et de BH (bonheur haïtien). C’est siii motivant, rafraichissant!

Par le biais de l’écriture, du partage de mes carnets de voyageuse et coups de cœur, et des échanges avec la communauté virtuelle, je vais chercher ce qu’il manque dans ma 9à5+ job et ma routine OcTranspo-Boulot-Insomnito. J’adorrre me nourrir de ce passe-temps. Cela me permet entre autres de satisfaire ma créativité, mon côté artistique (autre mes talents pour le dessin d’oiseau en forme du logo McDo oui oui j’aime jouer avec les mots). Combiner mes deux vitamines bonheur Écriture et Voyages est la potion magique idéale.

Hélas je n’arrive pas encore à écrire aussi souvent que je le souhaiterais, mais déjà d’avoir appuyé sur le piton Publish en juillet dernier est un accomplissement en soi. Je crois humblement être arrivée à trouver ma voix de bloggeuse, oui encore un peu timide, mais follement fanatik ayiti & african queen. J’ai développé mon style d’écriture, adapté mon identité et empreinte virtuels sous le regard et avec le soutien des zèbres* qui m’entourent. (*je viens tu de vous trouver un tit-nom, vous mes followers/lecteurs adorés? Ou je parle ici de mon image (logo, background) qui me suit sur Adaobi Savannah? Humm je vais laisser planner ce doute un instant).

Je suis ravie de l’accueil virtuel qu’Adaobi Savannah a reçu depuis ses débuts. Bloguer est définitivement une expérience enrichissante et je suis impatiente de poursuivre vers l’an 2, qui sera sans aucun doute tout aussi divertissant.

Merci à chacun de vous de suivre mes aventures à travers Adaobi Savannah que ce soit sur Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest (ouin celui-ci manque un peu de vie je vous l’accorde) ou directement sur le blog www.queenadaobi.com. Ça me fait grand plaisir quand vous prenez le temps d’échanger sur mes coups de cœur que nous partageons à différents degrés. Au plaisir de poursuivre nos interactions :)!

À venir : encore plus d’Haïti évidement, d’Afrique, et de Chine, entre autres! 😉

Categories: Adaobi, Afrique, Haïti, Nigéria, Voyage | Tags: , , , | Leave a comment

Mon Mea Culpa ou Revient-on vraiment d’Haïti?

Contexte de Marion: Tentative d’écriture #221, plus d’un mois après notre retour d’Haïti. Après-midi d’un printemps tardif (oui tout le monde en parle sur Facebook), latte décaf à la main (du lait de soya ayant remplacé le Crémas cette fois-ci), pas de musique, assise sur le coin de Léopold. L’heure est grave. Bref pu certaine de savoir écrire et ni surtout comment raconter le récit des (més)aventures de #2fillesauKanaval en Haïti. Le silence est étrange, tout comme celui entendu la première nuit à notre retour au bercail ottawaien ou montréalais, après avoir passé la plupart de nos nuits à s’endormir avec les bruits de la ferme à Mathurin version haïtienne.

Contexte de Marisse: Mon bureau de travail est aussi plein et désordonné que ma tête.  Même si j’avais 10 ans pour mettre sur papier nos aventures, ça serait encore insuffisant: trop de nuances, de contradictions, de non-dits, de petits moments dénués de sens lorsque pris hors contexte. Dans ma tête ça se bouscule, ça bouge et ça crie – tout comme sur la route de l’Aéroport à notre arrivée en Haïti. Mais puisque je n’ai pas 10 ans pour le faire (la période du désir ayant visiblement une date d’expiration), alors je prendrai 1 heure, sans soleil, sans chaleur, sans ma complice, pour faire le récit de #2fillesauKanaval.

20140424-094506.jpg

Mijoté Haïtien
Depuis, #2fillesauKanaval essaie donc – clairement sans grand succès – de mettre nos idées, nos souvenirs et nos photos en ordre. Certains d’entre vous le savez déjà, vous en avez lu/entendu des brides, disons que nous avons vécu un concentré – avec de nombreux cubes Maggie – de péripéties à l’Haïtienne. Avant d’entrer dans le vif du sujet et de vous énumérer la liste des trucs à ne pas faire lors d’un voyage en Haïti, je veux d’abord m’excuser & faire mon Mea Culpa à Toi (à insérer ton nom si tu te reconnais) qui attendais les détails croustillants du séjour de #2fillesauKanaval, et à qui nous les avions promis depuis belle lurette. Je suis bien consciente que cette période du désir a été beaucoup plus longue qu’à l’habitude, même avec la pression d’Alex. 😉 #2fillesauKanaval n’arrive tout simplement pas à revenir!  Voilà c’est dit. L’éléphant – ou le cabrit – a quitté la pièce.

À qui la faute?
Selon Marion: Pour ça, perso, je vais blâmer un peu le dude qui a volé mon iPhone en plein parcours du Kanaval (oui oui maman, j’avais fait attention et mis en pratique presque toutes les techniques anti-pickpockets mais…). Mettons que ça l’a gâché la planif et le Party #2fillesauKanaval au Kanaval un tantinet. Mais comme un grand sage me répète sans cesse: il n’y a jamais rien qui arrive pour rien… Vous verrez bien en lisant la suite de nos (més)aventures!
Selon Marisse: J’ai le mauvais réflexe de croire que jamais rien n’est de ma faute. Je persiste et je signe! (lol)

Donc, “Les choses – À ne pas faire lors d’un voyage en Haïti”. La liste de #2fillesauKanaval aurait pu être ben ben longue mais voici le Palmarès – version censurée (car faudrait pas oublier qu’on veut avant tout promouvoir Haïti et ses richesses ici! 😉 ) (Avertissement au Lecteur: à lire et à prendre avec un grain de sel… ou deux pas plus.)

1. S’appuyer trop confortablement sur sa planification. Mesi FaceTime pour ces réunions de planification pré-départ Mesi!
2. N’avoir qu’un seul plan B. Sans un plan L, #2fillesauKanaval n’aurait pas passé une journée à se prélasser dans le décor paradisiaque de Labadie. 2h15 de pur bonheur bien mérité avec en prime une invitation pour la Jamaïque pour un #2fillesauResortJamaicain.

20140423-235524.jpg
3. Prendre une décision en souliers à talons. Ou en jupe trop courte.
4. Ne pas faire confiance aux gens. Ou trop faire confiance.
5. Trop faire confiance aux gens. Ou ne pas faire confiance aux gens.
6. Sous-estimer les moyens de transport disponibles. Du camion de livraison de poissons ou cabrit, à signaler l’autobus sur la route nationale traversant les Gonaïves, en passant par 5 taxi-motos pour trimbaler les valises, ou encore à bord d’un petit avion 12 places, TOUTES les options sont à considérer.

20140423-235828.jpg
7. Ne pas se fier aux apparences pour un dodo chez l’Habitant…
8. Sortir danser à deux lorsque vous êtes deux filles. #2fillesauKanaval a essayé en vain. 4 tentatives  à Pétion-Ville échouées.
9. Écouter et danser les mêmes chansons sur repeat excessivement. #2fillesauKanaval a souffert d’une meringuite aigue sévère.
10. Croire que les dollars américains peuvent vous sauver de tout.
11. Essayer de payer avec des dollars haïtiens.
12. Réfléchir trop longuement à la réputation de l’endroit où vous vous trouvez. Carpe diem! Just live and enjoy the moment!  Et ce, même à Cité-Soleil en taxi-moto (Ne jugez pas…c’était la partie pèlerinage de #2fillesauKanaval)
13. Écouter toutes les suggestions de sorties des employés aux réceptions d’hôtel. C’est la formule idéale pour se ramasser tout droit – sans détours – dans une situation fâcheuse ou embarrassante. (Voir Avertissement ici-bas).
14. Sous-estimer ses moyens en tant que négociateur. Marisse 10. Marion -4. Presque tout est propice aux négociations, genre chauffeurs, taxi-motos, artisanat. Il faut s’armer de patience et jouer le jeu. Certains acheteurs préfèrent avoir l’air indifférent, d’autres sortent la carte Zanmi’m. Reste à vous d’adapter, de personnaliser vos techniques. Et Que le meilleur gagne!

20140424-000150.jpg

Voici aussi quelques avertissements de #2fillesauKanaval, car un voyageur en Haïti averti ben il est averti:

Avertissement léger: Inutile de se coiffer avant de sortir si vous y aller en taxi-moto. Vents: 1 Brushing des Caraïbes: 0.

Ne pas argumenter avec la police nationale pour entrer dans un strip-club. Même si vous voulez à tout prix danser du Kompa pour souligner votre dernière soirée en Haïti.

Ne pas amener d’armes à feu au salon de coiffure.

Ne pas nourrir les chiens.


Palmarès – version censurée Bonus:
5 questions de vacances auxquelles il nous est tout simplement impossible de répondre ce que vous voulez entendre:

  1. Pis, y’a ti fait beau?

Je sais pas. Le temps n’avait aucun effet sur moi. J’imagine que c’était parfait.

  1. Vous avez fait quoi comme activité?

On a mangé, dormi, on s’est mis cute, on a vu des amis, on est allé au salon de coiffure, on a fait du taxi-moto en masse, on a visité quelques quartiers disons moins touristiques. On a surtout ri.

20140423-235926.jpg

  1. Es-tu tombée en amour? ou as-tu rencontré quelqu’un?

  1. Tu es revenue quand? ou tu es partie pour combien de temps?

Heu… Je te laisse savoir quand je serai revenue.

  1. Avez-vous été malades?

‘’Si vieillir c’est guérir, je suis malade’’ – (Mwen malad Yo, Muzion, 2002)


Mesi Luck!
Pis tant qu’à faire un billet Mea Culpa, #2fillesauKanaval doit aussi des excuses à Luck Mervil. Mesi anpil Luck pour tes précieux conseils afin de passer un agréable Kanaval que tu nous as gentiment fournis quand on t’a croisé à RAM à l’Hôtel Oloffson de Port-au-Prince la soirée de notre arrivée. Et euh surtout désolé de ne pas les avoir tous suivi à la lettre…
20140423-235602.jpg
Conseil de Luck #1
– Porter des espadrilles – #2fillesauKanaval n’avait que des gougounes, des ballerines, et tit-talons de fefille dans leurs valises. (Note de Marion : en toute connaissance de cause…)
Conseil de Luck #2– Ne pas trainer d’argent sur vous – Si on oublie la valeur d’un iPhone 5s débloqué, #2fillesauKanaval a plus ou moins suivi ce conseil, à quelques dollars haïtiens près.
Conseil de Luck #3– Au besoin, demander l’aide aux gens. Les Haïtiens se feront un plaisir de vous aider! – #faitvécu pour #2fillesauKanaval. Mesi anpil à ceux qu’on a croisés sur notre chemin cahoteux.
Conseil de Luck #4– Amusez-vous! – Oh ça il n’y a pas de doute, #2fillesauKanaval s’est bien amusé!!  Dans la foule et sur le stand le plus sécuritaire du Kanaval…

20140423-235621.jpg

Traumatismes Post-Voyage – La vie après #2fillesauKanaval
Revient-on vraiment d’Haïti ? À cette question qui tue,  #2fillesauKanaval répondra que non.

Marion: Une fois qu’on attrape la piqure de la mouche tsé-tsé haïtienne, il est difficile d’en guérir (Hein Marisse?). À peine sorties de l’avion, déneigeant la voiture dans le Park&Fly, #2fillesauKanaval rêvait déjà d’y retourner. Et la beauté des médias sociaux et des textos fait en sorte que même après notre retour en terre canadienne, #2fillesauKanaval reçoit des parcelles d’Ayiti Cherie dans la face au quotidien. Et que quelques jours après être rentrées, Isaac, notre chauffeur de taxi-moto à Port-au-Prince, nous textait pour nous offrir ses services pour la journée afin de nous accompagner dans nos courses… Dans ces circonstances, vous comprenez que ce n’est pas évident de reprendre la routine métro-boulot-dodo, sur le beat ottawaien ou montréalais.

20140424-000122.jpg

Marisse: On ne revient pas d’Haïti! (Et la référence à la piqure de mouche n’est qu’une métaphore, maman. Je vais bien, je te le jure!) La vie extérieure après est la même: Ima Chérie, dodo, boulot, famille, amis… La froideur, l’individualisme, la rigidité et l’ordre propres à notre société sautent aux yeux.  Les ennuis, questionnements et épreuves propres à notre vie personnelle restent les mêmes.  En Haïti, le cœur (champion en titre) a dû valser (ou zouker) avec ma raison (toujours aspirant). Le résultat: l’instinct. Il n’avait jamais été indispensable avant. Maintenant j’y carbure; j’ai un peu l’impression d’être en voyage même à Montréal. Ça fait près de 2 mois que j’ai quitté Haïti (c’est bien ce qu’indique mes relevés MasterCard et Visa du moins) et par le biais des gens à qui nous avons fait confiance j’ai toujours l’impression d’y être. Que l’avion se pose à YUL ou à YOW, on ne revient pas d’Haïti, on la recroise partout où on va…

 

Et vous? Comment gérez-vous vos symptômes post-voyage lorsque vous rentrez d’Haïti? Des trucs à suggérer pour faciliter le retour au train-train quotidien de#2fillesauKanaval? (Autre que celui de noyer son Haitian blues dans le rhum punch… been there done that!)

20140423-235716.jpg

 

Ps. Pour le vif du sujet, la suite des détails croustillants des (més)aventures de #2fillesauKanaval, stay tuned! 😉 La période de désir pour vous et de décantation pour #2fillesauKanaval se poursuit!

 

Et c’est signé: #2fillesauKanaval qui meurent d’envie de retourner à la Perle des Antilles. À quand le prochain séjour?

Categories: Haïti, Voyage | Tags: , , , | 3 Comments

Coup de coeur haïtien

Dimanche matin ottawaien sous la neige. 9h30. Dernier album de Carimi dans les oreilles. Griot et riz djon djon dans mon assiette (Prière de ne pas me juger – il n’y a pas d’heures pour savourer un délicieux griot maison). Contexte idéal pour écrire un billet sur Haïti et me téléporter virtuellement au mois d’août dernier, verre de crémasse en main! (Prière de ne pas me juger – il n’y a pas d’heures pour savourer un délicieux crémasse maison).

J’en ai déjà fait mention dans quelques billets et publications Facebook/Twitter antérieurs: un de mes coups de cœur lors de mon séjour à Ayiti Cherie est définitivement l’Hôtel Boutique Habitation Jouissant, perché dans la montagne dans un décor enchanteur et avec une vue splendide sur le Cap Haïtien. J’en avait fait la découverte sur Twitter et également mesi anpil à @MartineMontreal de m’avoir recommandé d’y séjourner.

Habitation Jouissant a actuellement une dizaine de chambres, chacune joliment baptisée avec un nom de fleur, tel que Marguerite ou Rose rouge. Certaines avec balcon et offrant une vue sur la mer. Quoi de mieux pour relaxer après de longues journées de travail ou à jouer au touriste. La chambre, décorée de bon goût, offre tout ce qu’on a besoin pour apprécier la vie d’hôtel et le lit est d’un grand confort. Je peux d’ailleurs comprendre que plusieurs y font leur nid pour quelques semaines, et même quelques mois! Moi-même j’ai déjà hâte d’y retourner!
921056_10151764401713485_1879713091_o

Et quel service accueillant et personnalisé par Florence et toute son équipe! HabJo est véritablement Home away from Home! Et ce, dès l’instant où on y met les pieds. Je me souviens encore de Madame Florence toute souriante et m’accueillant les bras ouverts à la réception ‘’Oh Madam Marion, Welcome to HabJo!!!’’. Une fois les valises déposées, j’en ai profité pour déguster le Cocktail de bienvenue les pieds dans la piscine. Ouff! mon séjour de détente venait de commencer!
1078682_10151764402038485_1497407131_o

Ma face de fille en vacances:
1078802_10151769608313485_962899607_o

Plaisante routine matinale
Chaque matin, je prenais mon copieux petit déjeuner sur la terrasse ensoleillée, assise à l’une des nombreuses et éclectiques tables mises à la disposition des clients. Moment idéal pour une séance de Facetime avec les parents – histoire de leur montrer que leur grande fille se la coulait douce à la Perle des Antilles! Réginald (milles excuses si je n’ai pas la bonne orthographe!), toujours souriant, m’apportait une assiette de fruits frais (*quand il y en avait), mon jus de Chadèque (pamplemousse), mon spaghetti ou omelette haïtien, selon mon envie matinale du jour, et se chargeait même avec plezi de me donner un petit cours en créole (Mwen bezoin pratike anpil anpil!). Agréable façon de commencer sa journée vous dites?
798204_10151773910853485_431783469_o

Menu du Chef
La carte du restaurant offre des choix intéressants à saveurs haïtiennes, incluant griot, cabrit, lambi et alouette. Un soir, je me suis laissée tenter par La Langouste. Oh! Probablement la meilleure que j’ai mangée. Grillée et assaisonnée à la perfection. Quel délice! Encore tous mes compliments au Chef!
*Note: D’après ce que j’ai vu récemment sur leur page Facebook, il semble que le restaurant a agrandi pour accueillir davantage de clients – en fait c’est un nouveau resto Basilik!. J’ai bien hâte de voir ça lors de ma prochaine escapade au Cap.

1017287_10151766196758485_252191962_n

Lime Bar
Chaque jeudi, le Lime Bar du HabJo organise un 5 à 7. Cheveux dans le vent sous la petite brise de mer nocturne, cocktail en main, on profite alors du moment en jasant avec les autres clients et visiteurs de la soirée, sous les mixes du Dj invité. Et petit bonus: La African Queen en moi était ravie quand le Dj a fait jouer quelques chansons de P-Square, mon groupe fétiche du Nigéria.

It’s Prestige-O-Clock!
969122_10151766058083485_1563510311_n

Piscine – ma complice de fin d’après-midi
Chaque jour en fin de journée, après avoir passé des heures à explorer le Cap et ses attraits, une séance de baignade était prescrite. Détente rafraîchissante absolue. Particulièrement après ma participation à la célébration Vaudou à Limonade-Bord-de-mer. Une prestige byen glace ou un rhum punch en main, on reprenait des forces pour la partie 2 de la journée, soit restaurant, ballade sur le Boulevard du Cap, et/ou séance de trémoussage sur un plancher de danse.
1098364_10151765244903485_942507534_n

Festival de la mer du Cap Haïtien – HabJo y participait!
Lors du weekend du Festival de la mer, 2ième édition qui avait lieu du 9 au 11 août, les passants sur le Boulevard du Cap ont également eu la possibilité de savourer quelques plats concoctés par le Chef du HabJo et son équipe en cuisine. Pour l’occasion, une section du Boulevard était barrée et transformée en rue piétonnière où plusieurs commerçants du coin exposaient leurs spécialités. Bouffe, musique & plaisirs haïtiens étaient à l’honneur tout au long du Festival!

Tropicana en plein air – Fin de concert en privé
Comme je le racontais dans mon billet sur les célébrations entourant les 50 ans de Tropicana, vers les petites heures du matin, le soir de leur concert en plein air à Place D’armes où des milliers de gens s’y étaient rassemblés pour zouker sous les rythmes de cette orchestre haïtienne mythique, la police a tiré quelques coups de feu dans la foule pour calmer les ardeurs des esprits échauffés et disperser les groupes. J’ai pris ça comme mon cue pour rentrer, un peu déçue de manquer les dernières chansons. Hop! en taxi-moto vers Habitation Jouissant. Voilà alors que ma soirée n’était pas finie. Tropicana m’avait réservé une autre surprise! En direct de la terrasse de l’hôtel, perché dans la montagne et offrant une superbe vue nocturne sur la ville et la scène et Place D’armes éclairées, j’entendais jouer les notes des dernières chansons, en sécurité et dans le confort de HabJo!
1237290_10151803406508485_1215065729_o

Alors, si vous passez au Cap, faites-vous plaisir et aller visiter Habitation Jouissant, pour une fin de semaine, une langouste grillée ou encore un cocktail au Lime Bar! On s’y croisera peut-être la prochaine fois! 😉

Categories: Haïti, Voyage | Tags: , , , , | 3 Comments

Bon Fet Tropic! 50 ans!

Récemment de passage à Montréal, les membres de l’Orchestre Tropicana d’Haïti ont été accueillis à l’hôtel de ville par Denis Coderre, nouveau maire de Montréal, et Diane De Courcy, ministre de l’Immigration, Culture et de la Charte de la langue française du Canada, pour la signature du livre d’or, et ont également reçu une plaque d’honneur du Consulat Général d’Haïti à Montréal, commémorant leur 50 ans de carrière et soulignant l’immense fierté de la communauté haïtienne envers cet Orchestre mythique au cœur du patrimoine culturel et musical haïtien.

Son 50ième anniversaire a également été célébré à Ottawa lors du Gala Tropicana organisé par le Comité 50e Tropic et le Club de soccer Les Bolides d’Ottawa, au grand bonheur des haïtiens et autres fanatik ayiti de la région. J’aurais bien aimé être de la partie d’ailleurs, mais faute d’avoir un charmant cavalier – payer près de 100$ pour rester assise sur le bout de ma chaise en me dandinant et tapant du pied ne m’excitant guère -, je me suis cette fois-ci abstenue. Surtout que lors de mon séjour au Cap Haïtien en août dernier, j’avais eu la chance et l’honneur d’assister à leur concert gratuit donné en plein air à Place d’Armes, lançant les célébrations de leur 50 ans là où tout a commencé. Alors ce souvenir estival me console, car j’avoue que je surfe encore sur cette vague!

En effet, lors de mes vacances au Cap Haïtien, ce concert clôturait une autre mémorable journée à l’haïtienne, où j’avais entre autres magasiné pèse-bananes & épices au Marché de fer et erré dans les rues de la ville sous la pluie, en y croisant une dame qui vendait du Royal, délicieux mamba étalé sur un morceau de kassav que j’avais savouré avec une bonne prestige byen glace tout en me baladant à la place d’artisanat tout près de Feu Vert, et suivi de bâtons de cannes à sucre fraîchement coupés que j’avais engloutis comme dessert en regardant un match de foot local, sous le regard amusé des partisans!

20131120-153511.jpg

20131120-153527.jpg

20131120-153542.jpg

20131120-153713.jpg

20131120-153725.jpg

Depuis quelques jours déjà, l’ambiance était à la fête dans les rues du Cap. De nombreuses banderoles blanches et bleues souhaitant un joyeux 50ième anniversaire à Tropicana étaient accrochées partout dans la ville. Les mélodies provenant d’un des 32 albums de l’Orchestre jouaient à tue-tête dans les maisons et les taptaps. Il y avait aussi beaucoup de va et vient au Club Tropicana, là où le 15 août avait aussi lieu le Bal Tropic.

Quelques heures avant que l’Orchestre monte sur scène, de nombreux marchands avaient déjà installé leur stand de boissons, cubes maggi, bijoux et autres à la Place d’Armes, alors que les organisateurs s’afféraient aux derniers préparatifs – incluant l’assemblage de la scène, et que plusieurs admirateurs avaient déjà pris place afin de s’assurer une vue privilégiée parmi les milliers de gens qui allaient assister à la prestation de leur groupe fétiche. Tous étaient impatients, moi y compris.

20131120-153734.jpg

Pour l’occasion, j’avais même sorti ma tite camisole en paillettes! Quelle joie d’entendre les premières notes de Tropic en se frayant un chemin parmi la foule déjà excitée. Quelle ambiance à la Place d’Armes! C’tait chaud! Imaginez des milliers de personnes de tous âges, entassées, se balançant, dansant aux rythmes de cet Orchestre légendaire! Comme une immense piscine à vague humaine. Sourire aux lèvres, cœur léger, je dansais moi aussi. (Petite note: disons que ce séjour m’a permis d’affronter ma gêne des dancefloors. Si j’avais passé le chapeau à chaque fois qu’on me regardait danser avec un tit sourire (ou carrément l’envie de rire) lors des soirées musicales haïtiennes où j’ai participé, j’aurais certainement financé ma prochaine escapade en Haïti…)

Seul bémol à ma soirée: à un moment donné, voulant voir de plus haut, nous sommes grimpés sur un des murets de pierre entourant un arbre. ERREUR! Je crois que j’ai pilé dans un nid de fourmis en gougounes, et résultat: 30 minutes à avoir les pieds en feu et essayer de calmer les brûlures et picotements en les arrosant et sautillant – tenter après ça d’expliquer que ‘’ne-non c’est pas comme ça que je danse!’’ aux gens autour qui regardaient un peu perplexes!. Disons que ça m’a un peu coupé mon fun, mais la joie est vite revenue avec une prestige byen glace, des feux d’artifice, et l’énergie contagieuse de Tropicana et la foule.

Qui dit rassemblements en Haïti, dit souvent… Alors que les esprits étaient bien échauffés, certains commençaient à se bousculer. Vers les petites heures du matin, la police a tiré quelques coups de feu dans la foule pour calmer les ardeurs et disperser les groupes. Certains habitués m’ont dit qu’ils voyaient ça comme la finale du concert, et je cite ‘’l’atteinte de l’orgasme musical’’. D’autres m’ont plutôt confié que cela leur faisait peur car ça excitait encore plus la foule. Moi, je penchais un peu plus vers la 2ième version, surtout après qu’une bagarre ait éclatée près de nous. J’ai pris ça comme mon cue pour rentrer, un peu déçue de manquer les dernières chansons. Hop! en taxi-moto vers Habitation Jouissant, charmant endroit où je logeais au Cap. Voilà alors que ma soirée n’était pas finie. Tropicana m’avait réservé une autre surprise! En direct de la terrasse de l’hôtel, perchée dans la montagne et offrant une superbe vue nocturne sur la ville et la scène et Place D’armes éclairées, j’entendais jouer les notes des dernières chansons.

Cette nuit-là, je me suis donc endormie vaguant sous les airs de l’Orchestre Tropicana, et songeant aux propos d’un sage ami haïtien qui m’avait prévenu que j’allais tellement vivre une expérience intense au concert en plein air, que probablement j’aurais pas besoin d’aller au Bal. Il avait raison, j’étais si satisfaite et heureuse de ma soirée que j’ai longtemps planné en me remémorant les points forts de ma soirée du 13 août dernier.

Bon fet Tropic! Quel plaisir d’avoir pu célébrer avec vous vos 50 ans de carrière! À bientôt! 🙂

20131120-153742.jpg

Categories: Haïti, Voyage | Tags: , , , | 3 Comments

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: